Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
LESBIEN, -IENNE, adj. et subst.
I. − Adjectif
A. − Qui est relatif à l'île de Lesbos, à ses habitants. Coutumes lesbiennes; dialecte lesbien. Dans ton onde elle revient souvent Baigner son pied d'albâtre et dénouer au vent Ses cheveux, que, suivant les modes lesbiennes, Ont tressés sur son front d'autres mains que les miennes (Murger, Nuits hiver,1861, p. 153).
B. − Qui est relatif au lesbianisme (infra rem.). Synon. saphique.Je sondais de la pensée les amours contre-nature qui devaient germer, éclater là; les jalousies, les passions qui la nuit, les font relever et assommer une voisine de lit à coups de pots, leur seule arme! Amours lesbiennes (Goncourt, Journal,1862, p. 1150).
II. − Substantif
A. − Subst. masc. sing. Dialecte du grec ancien (appartenant au groupe éolien) qui était parlé à Lesbos. (Dict. xixeet xxes.). L'une des particularités les plus frappantes du lesbien, celle qui consiste à représenter par des consonnes géminées d'anciens groupes tels que -sm-, se retrouve en thessalien, mais nullement en béotien (A. Meillet, Aperçu d'une hist. de la lang. gr., Paris, Klincksieck, 1975 [1965], p. 98).
B. − Subst. fém. [P. réf. aux mœurs de la poétesse grecque Sapho et de ses compagnes] Femme homosexuelle. Synon. tribade, gouine (pop.), gousse (pop.).Les lesbiennes se trouvent dans toutes les catégories sociales. Mais un niveau d'instruction élevé favorise plutôt qu'il ne freine cette tendance (Bertr.-Lapie1970) :
... lorsqu'elles se pelotonnaient autour de la pièce, on aurait dit un vol blanc de lesbiennes qui se serait abattu sur les divans d'un salon parisien. Maxime, qu'elles toléraient et qu'elles aimaient pour son air de fille, était le seul homme admis dans le cénacle. Zola, Curée,1872, p. 412.
REM.
Lesbianisme, lesbisme, subst.Homosexualité féminine. Synon. saphisme, tribadisme.Pas un instant nous n'envisageons la question du lesbianisme, qui, pourtant, risque de détourner la femme de la maternité bien autrement que ne le fait l'homosexualité d'un mari (Gide, Journal,1936, p. 1259).La poétesse Sapho présidait dans l'île grecque de Lesbos une confrérie de jeunes filles consacrées au culte de l'amour, de la beauté et de la culture. Le climat passionnel et érotique de leurs relations et celui des œuvres écrites par cette « école » de poésie et de vie ont valu à l'île de Lesbos de transmettre son nom aux contacts homosexuels entre femmes. On parle de lesbianisme ou de lesbisme (Bastin1970).
Prononc. : [lεsbjε ̃] ou [lεz-], fém. [-jεn]. [z] ds Martinet-Walter 1973 (14/17). Étymol. et Hist. 1. 1640 subst. masc. Lesbin « bardache » (D'Ablancourt, Lucien, d'apr. Le Roux, p. 295); 1867 subst. fém. « femme homosexuelle » (Delvau); 2. 1832 adj. et subst. « qui concerne Lesbos » (Raymond); 3. 1902 « dialecte grec » (Nouv. Lar. ill.). Dér. de Lesbos, nom d'une île grecque de la mer Égée, suff. -ien* (lat. Lesbos, gr. Λ ε ́ σ β ο ς), patrie de la poétesse Sapho, célèbre pour ses mœurs homosexuelles, d'où le sens 1. Fréq. abs. littér. : 21.