Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
SECOND, -ONDE, adj. et subst.
I. − Adj. et subst. [Adj. antéposé, subst. p. ell.] (Celui, celle, ce) qui vient immédiatement après le premier. Synon. deuxième.
A. − [Dans un ordre spatio-temp., dans une série]
1. [Dans une suite temp., une chronol.] (Celui, celle, ce) qui vient immédiatement après le plus ancien.
a) [En parlant d'une chose] « Chiquita! Chiquita! » À la seconde appellation, une fillette maigre et hâve (...) s'avança vers Agostin (Gautier,Fracasse, 1863, p. 320).Survinrent deux grands orages successifs, le second dura trois jours entiers (Céline,Voyage, 1932, p. 220).V. fois I A 1 b ex. de Dumas père, déjeuner2B 1 rem. 1.
SYNT. Second anniversaire, dimanche, jour, mois, siècle (de notre ère); seconde année, journée, nuit, quinzaine, semaine; seconde moitié du XXesiècle; second voyage; seconde attaque, entrevue, représentation, séance, tentative, visite.
En partic.
[Dans le déroulement de la vie hum.] Second mariage. Le temps de mes services [militaires] fut pour moi la seconde éducation, l'éducation volontaire (Vigny,Mém. inéd., 1863, p. 65).La seconde enfance, de sept à douze ans (Mounier,Traité caract., 1946, p. 736).V. noce A ex. de Jouy.
Seconde chance. Chance offerte à quelqu'un qui a échoué une première fois. Accorder une seconde chance à un candidat. La promotion du travail (...) cessera d'être le fait d'une minorité pour devenir (...) la seconde chance offerte sans distinction aucune à tous ceux qui ont quitté l'école trop tôt avec un bagage trop léger (Encyclop. éduc., 1960, p. 279).
Être né d'un second lit. V. lit I B 2 b.
Dans le domaine artist., littér.Second style; seconde époque. L'école de Ronsard (...) était déjà entrée dans ce qu'on pourrait appeler sa seconde période (Sainte-Beuve,Tabl. poés. fr., 1828, p. 103).V. manière C 1 a ex. de Stendhal et de Flaubert.
[Dans le déroulement de l'histoire d'une nation, de l'humanité] Seconde croisade; seconde guerre mondiale, punique; seconde République, Restauration. Bonaparte a signé sa seconde abdication le 22 juin 1815 (Staël,Consid. Révol. fr., t. 2, 1817, p. 273).[Le] second Concile œcuménique (...) fut convoqué à Constantinople, en 381, par l'empereur Théodose (Boegnerds Foi et vie, 1936, p. 112).Second Empire. V. empire II E 2 b.
[Dans le déroulement d'un processus, d'un phénomène marqué par des étapes successives] Le Second Faust (...) dont l'initiateur mémorable demeure Gérard de Nerval, (...) fait l'objet d'une série d'études en partie inspirées des commentaires contemporains de la science germanique (J. Vierds Hist. des litt., t. 3, 1967, p. 1220 [Encyclop. de la Pléiade]).V. degré ex. 7, épreuve ex. 8, premier I B 1 a ex. de Amiel:
1. ... M. Arnauld (...) à quatre-vingts ans (...) soutint magnifiquement les quatre thèses voulues: la première appelée Sorbonnique (...); la seconde dite Mineure ordinaire (...); la troisième, Majeure ordinaire (...); et la quatrième et dernière, appelée l'acte de Vesperies... Sainte-Beuve,Port-Royal, t. 2, 1842, p. 18.
SYNT. Seconde course, étape, phase; seconde année (de droit, de médecine, etc.); second cycle de l'enseignement secondaire (de la seconde (infra III B 1) aux classes terminales); second cycle de l'enseignement supérieur (licence, maîtrise); ordinateur de la seconde génération; adopter une loi en seconde lecture; seconde manche (d'une épreuve sportive); seconde partie du baccalauréat; déjeuner au second service; second tour (de scrutin, d'une élection); seconde version (d'une œuvre littéraire).
(Enseignement du) second degré. Synon. de enseignement secondaire*.Élève, établissement, professeur du second degré; certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré (C.A.P.E.S.). Les professeurs de l'enseignement du second degré doivent (...) se tenir en contact avec (...) des techniques de l'éducation (Encyclop. éduc., 1960, p. 383).
De seconde main. V. main 1reSection I D 1 b α.Second œuvre. V. œuvre II B.
Spécialement
AUTOMOB. Seconde (vitesse). Régime d'un moteur qui vient immédiatement après la première vitesse. Passer la seconde; rétrograder, rouler en seconde. Le début de la seconde vitesse est calculé pour 15 km-heure, et la fin pour 45 (Chapelain,Techn. automob., 1956, p. 80).V. passer1ex. 37.
TYPOGR. Seconde (épreuve). Épreuve tirée après les premières corrections. Corriger, lire les épreuves en seconde(s). J'ai une lacune de 2 placards. Le 7 et le 8 me manquent. Envoyez-moi la revision des secondes des 6 1ersplacards avec ce qui me manque (Balzac,Corresp., 1840, p. 224).Qu'Isabelle me relise mes secondes épreuves avec ce soin maternel qui m'a déjà épargné deux gaffes (Alain-Fournier,Corresp.[avec Rivière], 1913, p. 375).
VÉN. Seconde tête. ,,Cerf dans sa troisième année`` (Duchartre 1973). Un vieux cerf qui réait le mufle bas (...) l'autre (...) une « seconde tête » impatiente (...) d'essayer (...) le perçant de sa ramure (Genevoix,Routes avent., 1958, p. 19).
b) [En parlant d'une pers. ou d'un ensemble de pers.] Second enfant, fils, mari; seconde femme, fille; second occupant d'un appartement; seconde maison de Bourgogne. La tête brune du second des Stuarts, que la hache des parlementaires devait abattre (Chateaubr.,Mém., t. 1, 1848, p. 504).À ce second orateur, un troisième succéda, qui remercia les deux autres d'avoir si bien tracé ce qu'il appela la théorie de leur programme (Gide,Faux-monn., 1925, p. 1210).
En partic. [Le déterminé est un n. propre] Qui a vécu après un autre personnage connu qui portait le même nom. Le premier Brutus égorge ses fils, et le second assassine son père (Chateaubr.,Génie, t. 2, 1803, p. 578).L'étude des ouvrages historiques de Tacite fait ressortir l'étendue de ses sources: (...) nombreux commentarii (ceux, notamment, de la seconde Agrippine) (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 1062).
2. [Dans une suite spatiale] (Celui, celle, ce) qui vient immédiatement après le plus proche par rapport à un repère, par rapport à un observateur. Le premier rang, genou en terre, recevait les cuirassiers sur les bayonnettes, le second rang les fusillait; derrière le second rang les canonniers chargeaient les pièces (Hugo,Misér., t. 1, 1862, p. 399).Je traverse deux pièces dont la seconde assez vaste, et me trouve dans une troisième plus vaste encore (Gide,Journal, 1925, p. 85).
SYNT. Second fossé, mur; seconde antichambre, cour, enceinte, enveloppe, fenêtre, muraille, porte, portion, rue, vertèbre; second virage à droite/à gauche; être placé en seconde ligne, au second rang; être (le) second de cordée.
Côté de seconde. V. côté I A 2 d.Au second plan. V. plan2B 2.
En partic.
Second (étage). Étage situé immédiatement au-dessus du premier étage. Habiter au second (étage); locataire du second (étage). Des trois chambrettes du second de la maison (...), il a été fait deux pièces (Goncourt,Journal, 1894, p. 682).
[Dans la disposition d'un lieu de spectacle; avec une nuance gén. péj. due à la distinction de qualité et de prix] Seconde (galerie, loge, tribune). Galerie, loge, tribune située immédiatement derrière ou au-dessus des premières (galeries, loges, tribunes). Horreur des choses réputées inconvenantes, comme le cabaret, une seconde loge, l'omnibus, etc. (Goncourt,Journal, 1860, p. 762).Sidonie (...) riait de tout son cœur (...), heureuse d'être descendue des troisièmes ou des secondes, ses places d'autrefois, à ces belles avant-scènes ornées de glaces (A. Daudet,Fromont jeune, 1874, p. 102).
3. [Dans un ensemble ordonné, dans une suite logique; dans la description, la présentation de qqc.] (Celui, celle, ce) qui vient, qui est considéré immédiatement après le premier. Deux erreurs: vouloir expliquer le monde du point exclusivement humain, première erreur. Seconde erreur: vouloir l'expliquer hors du point de vue humain (Bourget,Actes suivent, 1926, p. 8).Un camarade s'engagea, puis un second, puis un troisième (Saint-Exup.,Terre hommes, 1939, p. 249).V. degré C 2 c ex. de Valéry.
SYNT. Second acte, but, précepte; seconde alternative, hypothèse, méthode, proposition, question, raison; second chant, chapitre, couplet, livre, paragraphe, tome; seconde page, scène, section, strophe; en second lieu; être le/la second(e) sur une liste.
Au/du second degré. V. degré C 1 c.
[Dans un ensemble arbitrairement constitué] Qui vient immédiatement après le premier, qui est marqué par le nombre deux. Seconde chambre correctionnelle; second corps d'armée; seconde armée; seconde conjugaison, déclinaison; seconde personne du singulier, du pluriel; verbe du second groupe. Nous passions devant des portes où était inscrit: quatrième, troisième, second bureau (Vercel,Cap. Conan, 1934, p. 96).Moi, la seconde personne de la Trinité, et le Père sur ses deux pieds en la personne de son Fils (Claudel,Visages radieux, 1947, p. 788).
MATH. [En parlant d'un symb. affecté d'un signe en forme d'apostrophe double] Qui prend la suite du symbole affecté du signe prime en forme d'apostrophe simple. a`` se lit a seconde.
Vieilli, adj. numéral ordinal postposé. Synon. de deux (v. ce mot I C).La bataille livrée par l'Empereur Frédéric à Mahomet second (La Martelière,Robert, 1793, i, 3, p. 6).Envoyé à l'imprimeur la fin du livre second (Michelet,Journal, 1858, p. 415).
B. − [Dans une hiérarchie, dans un classement selon l'importance, la valeur, la qualité]
1. (Celui, celle, ce) qui vient immédiatement après le plus important, le meilleur. Anton. principal.
a) [En parlant d'une pers.] Le/la second(e) (candidat(e)) à un concours; le/la second(e) (concurrent(e)) d'une course, d'une épreuve; le/la second(e) (élève) de la classe; le/la second(e) en français, en mathématiques; le second personnage de l'État. L'ambitieux César, qui disait qu'il aimerait mieux être le premier dans un village que le second à Rome (Bern. de St-P.,Harm. nat., 1814, p. 286).Leudaste (...) marquait sa place auprès du roi Chlodowig, comme la seconde personne du royaume dont il aurait, avec le titre de duc, la suprême administration (Thierry,Récits mérov., t. 1, 1840, p. 218).
En partic. [Dans un groupe soc. hiérarchisé] Second clerc, colonel, commis, pilote, substitut; seconde apprêteuse, dame d'honneur, femme de chambre, secrétaire, vendeuse; être seconde (vendeuse) aux confections. La Constitution nomme Premier Consul le citoyen Bonaparte (...); second Consul le citoyen Cambacérès (...); et troisième Consul, le citoyen Lebrun (Constitution de l'an 8, 1799ds Doc. hist. contemp., p. 94).Le père Lardier, le second de la comptabilité (Flers, Caillavet,M. Brotonneau, 1923, i, 10, p. 7).V. capitaine ex. 4, maître1II A 4 a ex. de Bonn.-Paris 1859 et de Peisson.
COUT. Seconde main. Synon. rare de deuxième main (v. main 1reSection I H 1 c α).Seconde main d'atelier de couture (Mét.1955).
MUS. [En parlant d'un instrument, d'une voix, d'une partie] (Qui exécute une partie) ayant moins de notes à l'aigu, d'une exécution plus facile. Second ténor; second violon. Les conditions d'équilibre sont particulièrement difficiles à réaliser lorsqu'on écrit pour voix dites « égales », soit par exemple deux ténors et deux basses: le premier ténor ne doit pas être d'une tessiture trop tendue, et la seconde basse doit rester dans un registre chantant, ce qui restreint singulièrement l'espace disponible (Potiron,Mus. église, 1945, p. 44).V. dessus2A 2 ex. de Musset.
b) [En parlant d'une chose] Occuper la seconde place; arriver, être en seconde position; avoir le second accessit, le second prix; jouer les seconds rôles; équipe sportive qui joue en seconde division. Rome (...) était la seconde ville du monde après l'immense Alexandrie (Louÿs,Aphrodite, 1896, p. 162).Le cheptel caprin est le second par le nombre (Wolkowitsch,Élev., 1966, p. 36).V. ancre ex. 2.
Vx ou littér. À nulle autre seconde. Synon. de à nulle* autre pareille.Ardeur, beauté à nulle autre seconde. Vous avez dit la scène de l'aveu avec une grâce à nulle autre seconde (Gautier,Fracasse, 1863, p. 371).Les flots impétueux Jaillis de la fontaine à nulle autre seconde (Péguy,Ève, 1913, p. 720).
TRANSP. (princ. ch. de fer). Seconde (classe). Classe d'un moyen de transport d'un degré de confort immédiatement inférieur à la première classe. Voyager en seconde (classe); billet, wagon de seconde (classe). Un compartiment de seconde du métro (Breton,Nadja, 1928, p. 64).Papa prit des billets de troisième classe. Sur les lignes régionales du Craonnais, nous montions en seconde, mais ici nous n'avions pas à craindre la rencontre de relations mondaines, que cette économie eût étonnées (H. Bazin,Vipère, 1948, p. 220).Seconde (classe). Billet de seconde classe. Je lui ai délivré deux secondes classes simples pour Paris (Simenon,Vac. Maigret, 1948, p. 144).Seconde (classe). Place, voyageur de seconde classe. À l'arrière du navire, sur un banc des secondes classes (Duhamel,Suzanne, 1941, p. 302).
Rem. Pour d'autres empl. de seconde classe, v. infra I B 2 b et classe II A 2 b rem.
2. Locutions
a) En second
Loc. adj. [Dans un groupe soc. hiérarchisé, en partic. dans l'armée] Qui vient immédiatement après celui qui a la fonction la plus élevée. Capitaine, commandant, officier en second; maître d'hôtel en second. Son ami Delaborde, premier aide de camp de Junot, avait essayé de le faire agréer de ce général comme aide de camp en second (Sand,Hist. vie, t. 2, 1855, p. 48).Le croupier en second du tripot (Toulet,Demois. La Mortagne, 1920, p. 154).
Loc. adj. et adv. Immédiatement après celui, celle qui a la fonction la plus élevée, qui est le plus important. Commander, passer en second; notaire qui signe en second. Une mère sent bien vivement la douleur de n'être plus qu'en second dans le cœur de son fils (Balzac,Béatrix, 1839, p. 52).Aider! Le mot de quelqu'un qui est toujours en second! (Montherl.,Bestiaires, 1926, p. 487).
b) De second (loc. adj.) + subst. [Souvent avec une nuance péj.] Qui vient immédiatement après ce yui ewtle plus grand, le mieux; qui est d'une grandeur, d'une qualité moyenne. De seconde qualité; de seconde zone; étoile de seconde grandeur. Là-dedans, rien de laid; mais tout, bas de race et de seconde catégorie (Goncourt,Journal, 1864, p. 55).Briques (...) de second choix (...) moins fines de cuisson (Pesquidoux,Livre raison, 1928, p. 117).
De seconde classe
[Dans un groupe soc. hiérarchisé; p. oppos. à première classe, classe exceptionnelle, hors classe] Qui est dans l'échelon généralement le plus bas d'un grade. Attaché, ingénieur, marin, médecin-chef, professeur (d'université), soldat de seconde classe. Conseiller référendaire de seconde classe à la Cour des comptes (Goncourt,R. Mauperin, 1864, p. 80).
LITURG. CATH. (Enterrement, mariage de) seconde classe. Enterrement, mariage de pompes qui viennent immédiatement après celles de la première classe. C'était la première fois que le curé « faisait » une seconde classe (...). Il plut pendant le service, mais une éclaircie dura jusqu'au retour du cimetière (Mauriac,Baiser Lépreux, 1922, p. 210).
De seconde nécessité. V. nécessité I A 1 c.De/du second ordre. V. ordre II C.De second plan. V. plan2B 3 b α.
C. −
1. Qui s'ajoute à une personne, à une chose de même nature dont il a été question. Synon. autre, nouveau.Allumer une seconde bougie, une seconde cigarette; boire une seconde bouteille, une seconde tasse, un second verre; ajouter un second couvert; apprendre une seconde langue vivante; avoir un second métier. Chacun de ces musiciens portait un second clairon sous le bras, comme si l'instrument avait dû se fatiguer plutôt que l'homme (Gautier,Rom. momie, 1858, p. 216):
2. ... j'en arrive à me demander si (...) une femme assez adroite pour cacher un second amant à un premier en le logeant dans un bahut, n'en cache pas au second un troisième, en le fourrant dans un coffre à bois. Courteline,Boubouroche, 1893, II, 1, p. 57.
Vieilli ou littér., rare au masc. [Dans des tournures nég., pour marquer la qualité, l'éminence de la pers., de la chose considérée]
Pas un(e) second(e). On n'en trouverait pas un second. Une femme unique et telle que peut-être il n'en existe pas une seconde dans toute l'Italie (Stendhal,Chartreuse, 1839, p. 233).
Sans second(e). Synon. sans égal(e), sans pareil(le).Honneur sans second; ardeur, beauté, grâce, valeur sans seconde. Un cilice (...) médecine sans seconde pour les créatures enclines aux péchés de la chair (France,Contes Tournebroche, 1908, p. 104).En Angleterre, on ne sait pas s'ennuyer; or le peuple qui créa le mot spleen, pallie par tous les moyens une dépression nerveuse sans seconde (Blanche,Modèles, 1928, p. 238).V. moi III C 2 ex. de Rolland.
2. Qui est identique à une personne, à une chose (généralement disparue), qui la rappelle. Second printemps; seconde mort, naissance, vie; être une seconde Providence pour qqn; seconde famille, patrie; second père; seconde mère; second César. Et moi, Seigneur (...) Tu m'as donné dans l'âme une seconde voix Plus pure que la voix qui parle à nos oreilles (...) Les cieux l'appellent Grâce, et les hommes Génie (Lamart.,Harm., 1830, p. 291).Ce qu'il faudrait c'est une seconde Jeanne d'Arc pour nous bouter ces mufles-là [les Allemands]! (Benjamin,Gaspard, 1915, p. 105).
Seconde jeunesse. V. jeunesse II A 1 a.L'habitude* est une seconde nature. Seconde nature. V. nature II B.Second souffle*. Seconde vue*.
Rem. Second et deuxième peuvent être empl. l'un à la place de l'autre, sauf dans les syntagmes figés, les loc. et les adj. numéraux ordinaux comp. (où second n'est jamais empl.). Second est plus utilisé dans la lang. soutenue, deuxième dans la lang. cour. ou techn. Selon certains grammairiens, second est préféré à deuxième quand il n'y a que deux pers. ou deux choses qui sont considérées (les suites du type premier, deuxième, troisième... sont plus fréq. que les suites du type premier, second, troisième...). Second est plus rare que deuxième dans les suites strictement temp. ou spatiales.
II. − Adj. postposé. Qui découle, qui dérive d'une chose première, primitive. Synon. secondaire.Sens second; loi, propriété seconde. L'ivresse musicale qui incorpore au néant divin l'espèce et l'homme confondus découvre au spectateur une réalité seconde absolument neuve (Faure,Espr. formes, 1927, p. 181).Toutes les personnalités secondes que je nourris autour de mon personnage principal (Mounier,Traité caract., 1946, p. 715).
Cause seconde. V. cause2I A.Essence seconde. V. essence1A 1.État second. V. état I A 1.Complément d'objet second. V. objet II B 3 a α.Qualités secondes. V. qualité A 1 b.
Rare. [En parlant d'une chose concr. ou perceptible par les sens] Quel plaisir (...) à passer de la vallée-mère soudain dans les vallées secondes, et à comprendre les plis du terrain, les hauteurs différentes (Barrès,Appel soldat, 1900, p. 301).
CHIM., vieilli. Eau seconde. Eau-forte diluée. Le mari de la bonne (...) dévorait des argents fous en achat d'eau seconde et de cire (Huysmans,En mén., 1881, p. 264).
PHYS., BEAUX-ARTS. Couleur seconde. Synon. de couleur secondaire*.En traversant l'atmosphère terrestre, le rayon du soleil s'imprègne des trois couleurs qu'on nomme primitives, et qui sont: le rouge, le jaune et le bleu; puis, du mélange de ces couleurs primordiales naissent (...) les trois couleurs secondes et composites, l'orangé, le vert et le violet (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin, 1876, p. 24).
MATH. [En parlant d'un calcul, d'une fonction à degrés successifs] Qui est le résultat d'un premier calcul, d'une première fonction. En général les équations différentielles secondes du mouvement d'un point matériel laissent indéterminées les coordonnées, la vitesse et la direction du mobile à l'origine (Poisson,Mécan., t. 2, 1811, p. 166).V. dérivée ex. de Hist. gén. sc.
SPORTS. Équipe seconde. Équipe composée de moins bons joueurs que l'équipe première. En 1895-1896 (...) un championnat pour équipes secondes est créé (J. Mercier,Footb., 1966, p. 14).V. équipe ex. 3.
III. − Substantif
A. − Subst. masc.
1. Personne qui aide, qui assiste quelqu'un dans une tâche. Synon. adjoint, aide2, assistant, lieutenant.Je m'attachai aux pas de miss Harriet et lui servis de second dans le classement du linge (Gobineau,Pléiades, 1874, p. 37).André Tardieu, le second de Clemenceau pour le traité de Versailles (L. Daudet,Brév. journ., 1936, p. 121).
P. anal., rare. [À propos d'une chose] [Les croiseurs] auraient souvent à assumer un rôle de brillants « seconds » en qualité de bâtiments porte-canons (Le Masson,Mar., 1951, p. 32).
En partic. Celui qui assistait un duelliste et qui se battait avec lui. Prendre qqn pour (son) second; servir de second à qqn. Les seconds de côté et d'autre se sont tués (Ac.1835, 1878).Moi, Louis de Clermont (...), me déclare ici parrain et second de Paul Estuert de Saint-Mégrin; offrant le combat à outrance à quiconque se déclarera parrain et second de Henri de Lorraine (Dumas père, Henri III, 1829, ii, 4, p. 155).
Spécialement
BOXE. Synon. rare de soigneur.Au commandement « Seconds out », les soigneurs quittent le ring (L'Écho des sports, Boxe, 1936).
MAR. MARCHANDE. Officier qui commande après le capitaine d'un navire. Le capitaine et son second. Il eut pu commander comme second une des goélettes qui partent tous les ans au printemps (Malot,R. Kalbris, 1869, p. 8).Haynes, capitaine au long cours, second à la Transocéanique (Peisson,Parti Liverpool, 1932, p. 13).
2. Élément qui vient immédiatement après l'élément initial d'une charade. Une charade en trois parties, dont j'ai malheureusement oublié le premier et le tout (...). Il me souvient du moins du second qui était « danse » (France,Vie fleur, 1922, p. 506).
B. − Subst. fém.
1. ENSEIGN. (Classe de) seconde. Avant-dernière classe de l'enseignement secondaire avant les classes terminales. Élève, professeur de seconde; entrer, passer en seconde. J'allais au lycée Racine où j'étais en seconde, latin-grec (Drieu La Roch.,Rêv. bourg., 1937, p. 263).Un certificat de passage d'une classe de 3edans une classe de seconde de lycée ou de collège (Encyclop. éduc., 1960, p. 174).V. baccalauréat ex. 2.
2. ESCR. ,,Position du dehors, ligne droite basse, main en pronation`` (Petiot 1982). Il voyait le coup très bien, feinte de seconde et filer droit, à fond, entre les troisième et quatrième côtes (A. Daudet,Immortel, 1888, p. 193).
3. MUS. ,,2edegré de la gamme. Intervalle compris entre la tonique et ce 2edegré, et transpositions de cet intervalle`` (Pinch. Mus. 1973). Il y a trois espèces de seconde: la seconde majeure, comme ut naturel etnaturel; la seconde mineure, comme ut naturel etbémol; et la seconde augmentée, comme ut naturel etdièse (Ac.1935).Quand il [Beethoven] lui arrive d'user de certaines duretés (notamment d'écrasements de secondes diatoniques), c'est qu'il a besoin de ces dissonances pour l'expression de sa pensée (Rolland,Beethoven, t. 1, 1937, p. 292).
Prononc. et Orth.: [səgɔ ̃], fém. [-ɔ ̃:d]. ,,Graphie latinisante`` du -c- (Buben 1935, p. 156). Prononc. orth. signalée ds Littré, préf. XIV, cité ds Buben, loc. cit. Land. 1834, Besch. 1845, s.v. seconder, ,,[k], abusivement [g]``. Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930 le second [ləzgɔ ̃]. Martinet-Walter 1973, [-zg-] dans mon second, et ailleurs, toujours [-sə-]. Dans (classe de) seconde [sə-], [zg-] (11, 6). Liaison en [t], second acte [-takt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Adj. a) 1119 secunt « deuxième, qui suit immédiatement le premier » (Philippe de Thaon, Comput, 2216 ds T.-L.); ca 1140 secund (Geiffrei Gaimar, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 1955); ca 1145 second (Wace, Conception ND, éd. W. R. Ashford, 201); 1160-74 segont (Id., Rou, éd. A. J. Holden, III, 5317 et 11435); b) ca 1200 il n'est nule autre seconde à cesti « elle est sans pareille (en parlant d'une femme) » (Jean Renart, Escoufle, éd. Fr. Sweetser, 2724); fin xives. n'avoir ni seconde ni première « id. » (Eustache Deschamps, Œuvres, éd. Queux de St Hilaire et G. Raynaud, t. 4, p. 217, 6); 1455-58 sans seconde « sans égale, sans pareille » (Balade ds Charles d'Orléans, Poésies, éd. P. Champion, t. 2, p. 601); c) xiiies. secunde mort (Apocalypse, ms. Kerr, 95 ds T.-L.); d) fin xives. pain second « pain bis » (Eustache Deschamps, Œuvres, VIII, 222, 325, ibid.); e) 1538 second « autre, nouveau » (Est., s.v. alter et instar); f) 1559 nopces secondes « deuxième mariage d'une personne veuve ou divorcée » (Amyot, Vies, Arist. et Cat. comp., f o248 v o); 1680 épouser en seconde noce (Rich., s.v. noce); g) 1656 secondes causes « causes qui sont elles-mêmes causées » (Corneille, Imitation de Jésus Christ, IV, chap. II, 365); 1690 causes secondes (Fur.); h) 1723 de la seconde main « par un intermédiaire et non directement » (Savary, s.v. main); 1847 recevoir qqc. de seconde main (Dumas père, Intrigue et amour, I, 5, p. 210); 1829 de seconde main « de moindre qualité » (Janin, Âne mort, p. 93); 2. subst. a) ca 1160 li segonz « le deuxième » (Eneas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 7587); ca 1260 li seconz « le cadet » (Ménestrel Reims, 353 ds T.-L.); b) 1288 secont « moitié » (doc. ds Bevans, The old french vocabulary of Champagne, p. 204); c) 1690 second « vicaire » (Fur.); d) 1740 « second étage d'une maison » (Marivaux, L'Épreuve, sc. 12 ds Littré); 1845-46 le second « ensemble des personnes qui habitent le second étage » (Besch.); e) 1835 « officier qui est immédiatement après le capitaine » (terme de mar.) (Ac.); f) 1842 mon second « seconde syllabe d'un mot dans une charade » (Ac. Compl.); g) 1653 escr. botte en seconde « engagement dans la ligne basse et en dehors » (Besnard, Le Maistre d'Armes Libéral ds Petiot 1982, s.v. seconde1); 1765 (estocade de) seconde (Encyclop.); h) 1671 mus. seconde « intervalle compris entre deux notes consécutives » (Pomey); i) 1690 typogr. seconde « épreuve d'une feuille à corriger, tirée après une première correction » (Fur.); j) 1718 seconde « classe qui précède la première ou la rhétorique » (Ac.); k) 1890 voiture de seconde (Zola, Bête hum., p. 11); l) automob. 1899 seconde vitesse (Vie au Grand Air du 4 févr. ds Petiot 1982, s.v. vitesse); 1935 seconde (H. Michaux, La Nuit remue, p. 35 ds Rob., s.v. klaxon(ner)); 3. a) 1612 loc. adv. au segond « en second lieu » (D'Aubigné, Le Caducée ou l'ange de paix ds Œuvres, éd. E. Réaume et de Caussade, t. 2, p. 96); b) 1672 capitaine en second « officier qui doit commander en l'absence du capitaine en titre » (Ordonnance du Roy, Versailles, 24 mars ds Jal, s.v. capitaine); 1694 en second « en second rang, en sous-ordre » (Ac.); B. 1. fin xiies. dame seconde « suivante (d'une grande dame) » (Prise d'Orange, éd. Cl. Régnier, 961); 1456-67 second « ami, compagnon » (Cent Nouvelles Nouvelles, éd. Fr. P. Sweetser, LXIIeNouvelle, p. 386); 1587 second « personne qui aide quelqu'un en danger » (La Noue, Discours pol. et milit., p. 595); 1636 second « celui qui aide un autre dans une affaire, une entreprise » (Monet); 2. 1500 second « heureux » (Le grant jubillé de Millan, Poés. fr. des xveet xvies., t. IX, p. 346 ds Gdf. Compl.); 1542 second « favorable » (Sevin, trad. Philocope, l. VII, 149 r ods Hug.). Empr. au lat.secundus « qui suit, qui vient après, inférieur, secondaire, favorable », de la racine de sequi « suivre ». Cf. au sens A 3, l'a. prov. en secons (1375 ds Pansier, s.v. segon) et au sens B 2 l'a. fr. pr. segunt « favorable, profitable » (xiies., Girart de Roussillon, éd. W. M. Hackett, 3249). Fréq. abs. littér.: 14 692. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 23 810, b) 19 139; xxes.: a) 18 808, b) 20 603.
DÉR.
Secondement, adv.Synon. littér. de deuxièmement (dér. s.v. deuxième, secundo).Il est nécessaire, premièrement, que je me tienne content, autant que je puis; il est nécessaire, secondement, que j'écarte ce genre de souci qui a pour objet mon corps même (Alain,Propos, 1922, p. 380).V. chef ex. 17. [səgɔ ̃dmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. a) 1284 segondement « une seconde fois » (doc. de la Sarthe ds Gdf., s.v. segondement), b) 1314 secondement « en second lieu (par opposition à premièrement) » (Henri de Mondeville, Chirurgie, éd. A. Bos, § 1647); de second, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 101.
BBG.Quem. DDL t. 15, 16, 25, 27, 28, 30 (s.v. second comique), 31.