Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
ACTEUR, TRICE, subst.
A.− TH., CIN., TÉLÉV. [En parlant d'un artiste] Celui ou celle dont la profession est d'interpréter un personnage dans une pièce de théâtre ou à l'écran. Synon. comédien :
1. Acteur. Homme qui étudie sans cesse l'art de se contrefaire, de revêtir un autre caractère que le sien; de paraître différent de ce qu'il est; de se passionner de sang-froid; de dire autre chose qu'il ne pense aussi naturellement que s'il le pensait réellement, et d'oublier enfin sa propre place, à force de prendre celle d'autrui. − Les grands acteurs portent avec eux leur excuse; ce sont les mauvais qu'il faut mépriser. Dict. des gens du monde,1818.
2. 21 octobre 1826. Talma, le célèbre acteur tragique, est mort avant-hier; il a été enterré aujourd'hui. Cet événement a excité un vif intérêt et n'est pas sans importance. Talma avait comme acteur une réputation chez toutes les nations de l'Europe. Les Anglais en particulier ont une grande admiration pour son talent. En France, cette admiration allait jusqu'à l'engouement. C'était sans contredit un excellent comédien. Il avait, à mon avis, ce qui le caractérise particulièrement; il entrait dans les personnages qu'il représentait; il cessait d'être lui-même et vous faisait croire que l'on voyait, que l'on entendait le personnage dont il voulait donner l'idée. Je ne l'ai pas vu dans le dernier rôle qu'il a créé dans la démence de Charles VI. Tout le monde s'accorde à dire que c'est celui où il a été le plus vrai, le plus profond, le plus pathétique. Les deux pièces où il m'a paru développer le plus de talent, sont Pinto et Athalie. Il remplissait le rôle de Pinto même, dans la première, ... E.-J. Delécluze, Journal,1826, p. 349.
3. Adieu, je suis fatigué de bâiller durant près de quatre heures. Une pièce patriotique à si grand spectacle que tous les autres théâtres doivent faire relâche pour prêter leurs acteurs. Des décors, comme dans la ville, sans atmosphère colorée. Non, toutes teintes dessinées, juxtaposées, sans vibration qui les unisse. Des imageries toujours. Pas d'acteurs; des figurants et pour unité d'intérêt : « Vive la Bavière! toujours. » Cela se passe au temps de Barberousse. Le public embêté part avant la fin. Moi qui suis resté, je suis abruti. Je suis triste aussi, et pour cela je t'écris pour que tu me répondes vite. A. Gide, P. Valéry, Correspondance,Lettre de A. G. à P. V., mars 1892, p. 152.
4. Il croit toujours aux décors, moins à l'acteur-étoile, mais beaucoup à la petite troupe de mauvais acteurs bien dirigés. J. Renard, Journal,1909, p. 1228.
5. ... un public fidèle suivait toute une vie ses idoles, les ensevelissant sous les bouquets; il y avait un acteur-type par génération; Davenport jouait la tragédie aussi bien qu'à Drury Lane. Booth fut le plus grand des Hamlet. P. Morand, New-York,1930, p. 166-167.
6. Cependant notre actrice-inspiratrice n'était point seule dans sa loge. À ses côtés se tenait le poète, son poète, notre poète. L.-F. Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 127.
7. Créer des êtres, comme l'ont fait Racine et Shakespeare, c'est créer des mondes dont l'exploration ne finira jamais. Un grand auteur dramatique est un poète qui fournit aux metteurs en scène et aux acteurs de tous les temps une possibilité indéfinie de création. F. Mauriac, Journal,2, 1937, p. 169.
8. Or, j'avais constaté, en lisant des pièces modernes, que cette intensité de vie, conférée aux personnages de théâtre par l'incarnation qu'en font les acteurs, pouvait presque être obtenue à la simple lecture, pour peu que le dialogue fût d'un naturel parfait, (ce que n'étaient pas toujours les dialogues écourtés et stylisés des romans);... R. Martin du Gard, Souvenirs autobiographiques et littéraires,1955, p. lx.
Spécialement
Acteur de complément. Synon. figurant :
9. On appelle aujourd'hui les figurants : acteurs de complément, pour marquer leur importance. J.-P. Chartier, F. Desplanques, Derrière l'écran,1950, p. 76.
Acteur-écraniste. ,,Acteur qui est aussi metteur en scène de cinéma.`` (L'Œuvre double de l'acteur-écraniste Jaque-Catelain, Canudo, Paris-Midi, 27 avr. 1923, R. K. 55 ds Giraud 1956).
Arg. (avec quelquefois le fém. péj. acteuse) :
10. Acteuse. « ... [Cela] me fit trouver le mot acteuse qui, depuis a été naturalisé... [Une acteuse] a une ligne, du chic et non du talent... » (Champsaur : Événement, février 1887). G. Fustier, Suppl. au dict. de la langue verte d'A. Delvau,1889, p. 505.
11. Acteur : La tournure que portent les femmes pour faire bouffer leur robe. (... parce qu'elle est au-dessus du trou du souffleur; argot du peuple). Ch. Virmaître, Dict. d'argot fin du siècle,1894, p. 4.
12. Acteur-guitare. Acteur qui donne toujours la même note, qui n'a qu'une corde à son arc. France1907.
B.− Au fig. [En parlant d'une pers. mêlée à une affaire ou à un événement]
1. Celui qui joue un rôle important, qui prend une part active à une affaire. Anton. spectateur (ex. 16); synon. protagoniste :
13. En France, au dix-huitième siècle, vous voyez l'esprit humain s'exercer sur toutes choses, sur les idées qui, se rattachant aux intérêts réels de la vie, devaient avoir sur les faits la plus prompte et la plus puissante influence. Et cependant les meneurs, les acteurs de ces grands débats restent étrangers à toute espèce d'activité pratique, purs spéculateurs qui observent, jugent et parlent sans jamais intervenir dans les événemens. F. Guizot, Hist. générale de la civilisation en Europe,1828, p. 36.
14. ... les grands hommes, très petite famille sur la terre, ne trouvent malheureusement qu'eux-mêmes pour s'imiter. À la fois modèle et copie, personnage réel et acteur représentant ce personnage, Napoléon était son propre mime; il ne se serait pas cru un héros s'il ne se fût affublé du costume d'un héros. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 2, 1848, p. 646.
15. Mussolini exécuté. Hitler disparu. Goebbels disparu. Rien n'aura manqué à cette tragédie, pas même le facile dénouement shakespearien qui supprime au dernier acte les principaux acteurs. (Roosevelt aussi est mort...). R. Martin du Gard, Souvenirs autobiographiques et littéraires,5 mai 1955, p. cxxv.
16. ... dans le cinéma, c'est là, sur cet autre écran, que l'inconscient moderne a projeté ses mythes, les a revêtus d'une forme vivante. Il y a regardé vivre, sous ses yeux, ses désirs, ses convoitises et ses aspirations. Il y a exorcisé ses angoisses. Le public croit être un simple spectateur, mais en réalité, il est le principal acteur de ce drame, qui est le sien. Il trouve dans le film et son déroulement non pas tant un spectacle qu'un partenaire engageant un dialogue muet avec tous ces yeux avides et fascinés qui le fixent dans l'ombre de la salle. R. Huyghe, Dialogue avec le visible,1955, p. 383.
[Avec, parfois, un approfondissement étymol. du mot] Personne qui agit :
17. ... sur la propagation de la nouveauté, nous savons encore fort peu, et, chaque fois que nous souhaitons savoir davantage nous nous heurtons au secret des affaires, quand ce n'est pas aux raisons d'État. Les autres − les acteurs − ceux qui détiennent les pouvoirs économiques et financiers véritables, répudient souvent une théorie générale du progrès parce qu'elle appelle sous ses formes les plus modestes et impose à mesure qu'elle se déploie, une critique radicale des sociétés économiques, quelle qu'en soit la forme. F. Perroux, L'Économie du XXesiècle,1964, p. 654-655.
2. Fam. [En parlant des partenaires d'une partie de jeu ou de plaisir] Même sens.
Rem. Sens noté par Ac. 1835, avec l'ex. : ,,Il nous manque un acteur``; id. ds ,i>Ac& 1878 et Littré; absent ds Ac. t. 1 1932.
Stylistique Comédien et acteur. ,,Acteur est relatif aux personnages qui agissent dans une pièce, et par suite aux personnes qui les représentent. Comédien est relatif à la profession ... Acteur se dit de celui qui a part dans la conduite, dans l'exécution d'une affaire, dans une partie de jeu ou de plaisir; comédien de celui qui s'est fait un art, et pour ainsi dire, un métier de bien feindre les passions et les sentiments qu'il n'a point. Le premier terme se prend en bonne ou mauvaise part, selon la nature de l'affaire où l'on est acteur; le second ne se prend jamais qu'en mauvaise part.`` (Littré).
Prononc. : [aktœ:ʀ], fém. [-tʀis]. Enq. : /aktø2 ʀ, aktʀis/.
Étymol. ET HIST. − 1. a) 1236 « auteur (d'un livre) » (G. de Lorris, Roman de la Rose, 7 ds DG : Un acteur qui a nom Macrobes). − 1582 (F. Bretin, trad. de Lucien, Comment il faut escrire une histoire, 26 ds Hug.); b) 1450 « auteur (d'une action) » (Monstrelet, I, 36, ds Gdf. Compl. : Fut commandé [...] d'enquerre se par nulle voye on pourroit parcevoir qui avoit esté l'acteur ne les complices de faire ceste besongne). − 1710, Leibnitz ds DG; 2. a) av. 1630 actrice « celle qui joue un rôle dans une affaire » (A. d'Aubigné, Mém., I, 51 ds Dict. hist. Ac. fr. t. 1 1865, 770 a : Ce gentilhomme donc en cheminant avec nous se mit à entretenir le Roi de Navarre des galanteries de la cour, et particulièrement des amours des princesses, où la Reine sa femme en étoit une des premières actrices), qualifié de vieilli par DG; b) 1689 acteur « celui qui prend part à une partie de jeu » (Sévigné, Lettres, 27 nov. 1689, ibid., 769 a : Madame de Marbeuf s'accommode de nos lectures, et nous nous accommodons de son jeu, quand il y a des acteurs); 3. 1663 acteur, actrice « celui, celle qui représente un des personnages dans une pièce de théâtre » (Molière, Impromptu de Versailles, sc. 1 ds DG : Des acteurs et des actrices qui soient capables de bien faire valoir un ouvrage). Empr. au lat. actor « celui qui agit »; 1 a et b par confusion avec le lat. auctor au sens de « auteur d'un livre » (dép. Horace, Sermones, 1, 10, 66 ds TLL s.v. auctor, 1210, 76 : quam rudis et Graecis intacti carminis auctor); « instigateur » (dep. Plaute, Miles, 1094, ibid. s.v., 1196, 50 : quid nunc mi es auctor, ut faciam?); 2 actor « celui qui fait » (dep. Cic., Pro P. Sestio oratio, 61, ibid. s.v., 445, 74 : dux, auctor, actor illarum rerum fuit); 3 actor « celui qui joue dans une pièce de théâtre » (dep. Plaute, Bacchides, 213, ibid. s.v., 446, 7 : non res sed actor mihi cor odio sauciat).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 3 357. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 5 003, b) 5 620; xxes. : a) 4 933, b) 4 028.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Bonnaire 1835. − Bouillet 1859. − Bruant 1901. − Brun 1968. − Daire 1759. − Divin. 1964. − Dupin-Lab. 1846. − Fér. 1768. − Giraud 1956. − Gramm. t. 1 1789. − Guizot 1864. − Laf. 1878. − Lav. Diffic. 1846. − Lavedan 1964. − Mét. 1955. − Roche 1968. − Sardou 1877. − Sommer 1882. − St-Edme t. 1 1824. − Synon. 1818.