Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
EMPÊCHER, verbe trans.
A.− Vx. Gêner, embarrasser physiquement quelqu'un. En vain, toute la nymphe énorme et continue Empêche de bras purs mes membres harassés (Valéry, Charmes,1922, p. 153).
B.− Faire obstacle, s'opposer à.
1. Empêcher.[L'obj. dir. désigne une pers. ou une chose] Empêcher la guerre, un mariage. Synon. gêner, contrarier; anton. permettre.Il faut souffrir ce qu'on ne saurait empêcher (Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p. 86).Empêcher le relèvement économique (Malraux, Conquér.,1928, p. 173).À ton âge, on aime de s'amuser et ce n'est pas moi qui t'empêcherai (Aymé, Jument,1933, p. 199):
1. Sans doute, le cours de la vie, la médiocrité et la fatigue des besognes quotidiennes nous empêchent, et nos chétives aventures sont moins fécondes en réflexions que la magnifique détresse de Faust et de Pascal. Barrès, La Grande pitié des églises de France,1914, p. 88.
Emploi abs., rare. La loi permet (...) la loi empêche (Code civil, 1804, art. 289, p. 55).Il y a des séparations, des poteaux, des filets pour empêcher (Flaub., Corresp.,1853, p. 290).
Emploi pronom. à sens passif. Ça aurait pu s'empêcher, il aurait suffi d'un peu de discipline... (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 523).
Au passif. Être empêché.Être retenu par un obstacle (maladie, obligations) qui ne permet pas d'être présent. J'ai été empêché à la dernière minute (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 254).
Rem. On rencontre l'emploi rare et vieilli. Empêcher qqc. à qqn. Le lui défendre, le lui interdire. Des scrupules suffisent à nous empêcher le bonheur (Gide, Journal, 1893, p. 42).
2. Empêcher de + verbe à l'inf.
a) Empêcher qqn (parfois un animal) de + inf.Entraver dans son action, ne pas permettre de. Synon. interdire à.Empêcher les gens de.
[Le suj. désigne une pers. ou un animal] Henri fut chargé d'empêcher les chèvres d'approcher un nid de caille (Pourrat, Gaspard,1931, p. 123).Je vous ordonne d'empêcher de passer le premier individu qui se présente (Cocteau, Machine infer.,1934, p. 38):
2. Tu comprends, Florent, j'aurais beau tricher et fermer les yeux de toutes mes forces... Il y aura toujours un chien perdu quelque part qui m'empêchera d'être heureuse... Anouilh, La Sauvage,1938, III, p. 256.
[L'obj. n'est pas exprimé] Les punaises empêchaient de dormir (Goncourt, Journal,1860, p. 838).
[Le suj. désigne un inanimé ou un neutre] Une migraine horrible l'empêchait presque de parler (Constant, Journaux,1814, p. 399).Qu'est-ce qui m'empêche de prendre (...) le train de Paris? (Bernanos, Soleil Satan,1926, p. 77):
3. ... ils auraient bien voulu s'en aller, mais ils n'osaient pas s'en aller, chacun d'eux étant retenu par une espèce de fausse honte, qui l'empêchait de faire demi-tour. Ramuz, Derborence,1934, p. 251.
4. Un gros oiseau gris s'effarouche dans la charmille et ne chante pas, de peur que je le reconnaisse : le coucou. Le printemps m'empêche de lire. Les derniers lilas, les premières aubépines passent dans le vent et le livre me glisse des mains. Mauriac, Journal 2,1937, p. 109.
[L'obj. n'est pas exprimé] La même défiance qui empêche d'agir, est aussi le grand obstacle à la parole improvisée (Amiel, Journal,1866, p. 132).
Rem. On rencontre ds la docum. la constr. vieillie et rare empêcher à qqn de + verbe à l'inf. Certains pressentiments que cet imbécile de sous-préfet lui avait empêché d'écouter (Zola, Fortune Rougon, 1871, p. 105). Elle [la baronne] avait sous les pieds un coussin brodé, qui lui empêchait de sentir le froid de la dalle (Id., Nouv. contes Ninon, 1874, p. 57). Ce qui n'empêche pas à l'auteur d'ajouter : ... (Dussort, Preuves exist., ms. dép. par G. Esnault en 1938, 1927, p. 138).
b) Empêcher qqc. de + verbe à l'inf.Gêner dans son déroulement, dans son comportement.
[Le suj. désigne une pers.] Celui qui voudrait empêcher les cerisiers de ceriser (Claudel, J. d'Arc,1939, p. 1221).
[Le suj. désigne un inanimé] La clavicule (...) empêche le bras de se porter trop en avant (Cuvier, Anat. comp.,t. 1, 1805, p. 245).
c) Emploi pronom. S'empêcher de + verbe à l'inf.S'abstenir de, se dispenser de. Vous aurez peine peut-être à vous empêcher de sourire en écoutant la lecture de ces passages (Courier, Pamphlets pol.,Procès de P.-L. Courier, 1821, p. 115).Je l'entends qui fredonne, pour s'empêcher de penser (Sartre, Nausée,1938, p. 26):
5. On cite une marquise du commencement de ce siècle, qui prétendait qu'en le voulant bien on pouvait s'empêcher de mourir. Elle n'est peut-être morte que d'une distraction. Fromentin, Dominique,1863, p. 192.
Souvent dans un cont. négatif. Ne pouvoir s'empêcher de + verbe à l'inf. : admirer, demander, s'écrier, frémir, etc.La foule ne put s'empêcher de pousser un cri (Chateaubr., Martyrs,t. 3, 1810, p. 185).Alban, (...) ne pouvait s'empêcher de pousser un soupir (Montherl., Bestiaires,1926, p. 435).
Rare. Ne pouvoir s'empêcher que de + verbe à l'inf.Je n'ai pas pu m'empêcher que de l'embrasser (Aymé, Jument,1933, p. 58).
3. Empêcher que.Mêmes sens.
a) Empêcher que + (ne) + verbe au subj.Je les [des fleurs] mettrai tremper pour empêcher qu'elles se fanent (Ramuz, Gde peur mont.,1926, p. 47).Le crépuscule recouvrait Thérèse, empêchait que les hommes la reconnussent (Mauriac, Th. Desqueyroux,1927, p. 172):
6. Ce roman, je le vois comme une masse qu'il faut sans cesse arrêter à mi-chemin d'une pente, redresser, empêcher qu'elle ne glisse et ne dévie... Green, Journal,1931, p. 52.
7. Peux-tu faire que tout ceci n'ait pas été? Quelque chose est arrivé que nous ne sommes plus libres de défaire. Peux-tu empêcher que nous soyons pour toujours les assassins de notre mère? oreste. − Crois-tu que je voudrais l'empêcher? Sartre, Les Mouches,1943, II, tabl. II, 8, p. 84.
b) Ne pas empêcher que (ne)
[+ verbe au subj.] Tout cela n'empêcha point qu'à Argos il [Pyrrhus] ne reçût une tuile sur la nuque (Musset, Lettres Dupuis Cotonet,1837, p. 750).Il n'empêchait que Laure se sentît dans une atmosphère de suspicions (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 165).Cela n'empêche pas qu'il n'y ait dans certains milieux néo-classiques un snobisme de Bossuet (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 108).
[+ verbe à l'ind.] Cette conduite n'empêcha pas que l'on ne crut pas, dans une semblable circonstance, devoir lui confier le soin d'administrer le département (Balzac, Annette,t. 3, 1834,`p. 26)/
Rem. 1. La présence de ne dans la complétive au subj. est fréq., surtout dans la lang. soignée; mais elle y est facultative lorsque empêcher est à la forme négative ou interr. (cf. Je n'empêche pas qu'il (ne) fasse ce qu'il voudra, Ac. 1798-1932) et fait souvent défaut dans les énoncés de la lang. fam. qui ,,à le bien prendre, n'ont rien de fautif en soi`` (Littré). 2. Il arrive que les expr. cela (ceci, ça, ce qui) n'empêche pas que, et surtout il n'empêche que, soient dépourvues de valeur verbale et fonctionnent comme loc. conj.; dans ce cas, le verbe qu'elles introduisent est à l'ind. ou au cond. (cf. infra).
4. Loc. conj. de coordination à valeur oppositive-concessive. (Il) n'empêche que, cela (ceci, ça, ce qui) n'empêche pas que. Et pourtant, malgré cela.
a) [Le verbe de la proposition est à l'ind.] Ce qui n'empêche pas que j'attends votre volume... (Flaub., Corresp.,1877, p. 33).Le grand maître-nageur! N'empêche qu'hier soir, il n'a jamais osé traverser la rivière (Martin du G., Taciturne,1932, II, 4, p. 1284).Et puis ça n'empêche pas que c'est une maladie terrible, la peste (Pagnol, Fanny,1932, I, 1ertabl., 14, 1932, p. 54).Il n'empêche que Mussolini se réclame de Hegel (Camus, Homme rév.,1951, p. 222).
b) [Le verbe de la prop. est au cond., pour marquer une éventualité, une hypothèse] Ce qui n'empêche pas que j'aurais aimé être belle... (Goncourt, R. Mauperin,1864, p. 108).Il n'empêche que, si j'entrais dans son jeu, (...) tu ne me pardonnerais jamais cette folie (Mauriac, Mal Aimés,1945, II, 9, 215).
Fam. Il n'empêche, n'empêche. Il n'empêche. Je n'aime pas cela (Camus, Caligula,1944, I, 1, p. 10).Il avait des excuses. N'empêche. J'ai la priorité (Aymé, Clérambard,1950, IV, 9, p. 237).
Rem. On rencontre ds la docum. empêchant, ante en emploi adj. Qui empêche. Synon. contrariant, inhibiteur. L'hormone ovarienne de la poule exerce une action empêchante sur la pousse des ergots et du plumage masculin (Cuénot, Rostand, Introd. génét., 1936, p. 41).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃pε ʃe] ou p. harmonis. vocalique et malgré l'infl. de l'accent circonflexe [ɑ ̃peʃe], (j') empêche [ɑ ̃pε ʃ]. Enq. : /ãpeʃ/ (il) empêche. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. I. 1. Début xiies. « mettre (quelqu'un) dans l'impossibilité d'agir, l'entraver » (Psautier d'Oxford, 77, 35 ds T.L.); xiiies. ampagier (quelqu'un) de (+ inf.) (Droit de la cort li rois d'Alam., ms. Berne A 37, fo4eds Gdf. Compl.); 1534 empescher que (Est.); 2. ca 1160-74 réfl. « s'empêtrer, s'entraver » (Wace, Rou, éd. A.-J. Holden, 3epartie, 4607); 3. 1297 « mettre obstacle à ce qu'une chose ait lieu » [ki] empaieschast le vendage (Doc. A. de Tournai ds Gdf. Compl.); 4. 1580 verbe pronom. s'empêcher de (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, I, ch. XIV, p. 87). II. 1539 subst. masc. Les empeschez (Est.); 1549 faire l'enpesché (ibid.). Du b. lat. impedicare « prendre au piège, entraver » (dér. de pedica « entrave »). Fréq. abs. littér. : 13 417. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 18 726, b) 19 972; xxes. : a) 17 994, b) 19 555. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 405. − Keller (H.-E.). Notes d'étymol. gallo-romane et romane. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, p. 245.