Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

notices corrigéescatégorie :
SYNTAXE, subst. fém.
Étymol. et Hist. 1572 sintaxe (La Rame, Gramm., p. 125 ds Gdf. Compl.: Que est ce doncques que sintaxe? C'est la seconde partie de grammaire, qui enseigne le bastiment des mots entre eulx par leurs proprietes); 1718 syntaxe (Ac.: Syntaxe, Signifie aussi, Le livre qui comprend ces regles). Empr. au b. lat. gramm.syntaxis, -is « ordre (arrangement) des mots » vies. ds Gaff. et en lat. médiév. au sens de « livre de grammaire » 1271 ds Latham du gr. σ υ ́ ν τ α ξ ι ς « mise en ordre, disposition » d'où « composition, ouvrage », « construction grammaticale », de σ υ ν τ α ́ σ σ ω « arranger », comp. de σ υ ́ ν « avec » et τ α ́ σ σ ω « ranger ».

Mise à jour de la notice étymologique par le programme de recherche TLF-Étym :

Histoire :
II. A. syntaxe subst. fém. « ensemble de règles qui gouvernent les relations entre les constituants des énoncés ». Attesté depuis 1586 (Bosquet, Elemens, page 124 : Qu'est‑ce de Syntaxe ? C'est une partie de Grammaire, quy contient en soy, raisons bien construites, et composées, Exemple : Or n'estimeray‑ie onc' M. Regulus, estre calamiteux, mal‑heureux, ne miserable : car sa magnanimité n'estoit tourmentée des Carthaginiens, ne sa grauité, foy, constance, n'aucune sienne vertu […]). - 
I. A. 1./2. syntaxe subst. fém. « domaine de la grammaire (puis de la linguistique) qui a pour objet l'étude des règles qui gouvernent les relations entre les constituants des énoncés » (grammaire, linguistique). Attesté depuis 1555 (La Ramée, Dialectique D., page 147 : Le dialecticien donques choysira par la lumière de la méthode naturelle en ceste cruche la définition de Grammaire, car cel est`la"généralissime et la mettra au premier lieu. “ Grammaire est doctrine de bien parler ”. Puis, cherchera en ceste mesme cruche la partition de Grammaire et les colloquera au deuziesme lieu. “ Les parties de Grammaire sont deux : Etymologie et Syntaxe). Première attestation lexicographique : 1680 (Richelet 1680 : Sintaxe, s. f. Mot Grec qui veut dire construction. La sintaxe embrasse les genres & les cas des noms, le régime & les inflexions des verbes, les usages des diferens articles, des prépositions & des adverbes. [Savoir la sintaxe Françoise. Personne jusques ici n'a bien traité de la sintaxe de notre langue]). - 
I. A. 3. syntaxe subst. fém. « ouvrage présentant les règles qui gouvernent les relations entre les constituants des énoncés d'une langue ». Attesté depuis 1618 [dans le titre] (Maupas, Grammaire2 : Grammaire et syntaxe francoise contenant reigles bien exacte & certaines de la prononciation, orthographe, construction & usage de nostre langue). Première attestation lexicographique : 1718 (Ac2 : Syntaxe, Signifie aussi, Le livre qui comprend ces regles). - 
II. B. syntaxe subst. fém. « ensemble de règles qui gouvernent les relations entre des éléments signifiants organisés en systèmes ». Attesté depuis 1883 (Huysmans, Œuvres, volume 6 [L'Art moderne], page 290 = Frantext : M. Pissarro. Sa Route de Pontoise à Anvers, son Soleil couchant, sa Vue de la prison de Pontoise, avec leurs grands ciels pommelés et leurs jets d'arbres si robustement attachés au sol, sont des pendants des magnifiques paysages qu'il exposait dans la salle du boulevard des Capucines ; c'est la même interprétation personnelle de la nature, la même clairvoyante syntaxe des couleurs). - 
I. B. 2. syntaxe subst. fém. « ensemble des règles de construction des expressions bien formées et des règles de déduction opérant à partir des axiomes » (logique). Attesté depuis 1948 (Pensée mathématique, cf. supra). - 
I. B. 1. syntaxe subst. fém. « ensemble de règles précisant la manière d'écrire et/ou de disposer les informations » (informatique). Attesté depuis 1972 (AFCET 72, page 152, in Google, Recherche de Livres : Par analogie, rappelons que le langage LISP, qui utilise une syntaxe très pauvre, procède lui aussi par traitement de listes). - 
II. C. syntaxe subst. fém. « ensemble des règles qui gouvernent la combinaison des signes entre eux » (sémiotique). Attesté depuis 1979 (Rey‑Debove, Sémiotique, cf. supra). - 
III. Régionalisme vieilli (Belgique, Québec) : classe de syntaxe subst. fém. « classe du cours classique, dont l'objet est la connaissance parfaite des rudiments et la connaissance élémentaire de la syntaxe ». Attesté de 1843 [en Belgique] (RecRéglGand, 5e partie, année 1843, page 337, in Google, Recherche de Livres : Le premier prix de latin, obtenu dans le concours institué par le gouvernement, entre les classes de syntaxe de vingt sept athénées ou colléges est un beau triomphe, qui complète ceux de l'année dernière. C'est l'élève Ferdinand Massy, de Gand, qui a remporté ce prix) à 1956 [au Québec] (Deschamps, Explication, page de titre, in Google, Recherche de Livres : De l'explication française à la rédaction [classes de syntaxe et de neuvième année]). Attestation la plus récente (en tant que terme désignant une réalité passée) : 1984 [au Québec] (Smith, Vigneault, page 61, in Google, Recherche de Livres : Un jour, je suis allé demander à mon professeur d'éléments latins si je pouvais emprunter des livres dans la bibliothèque de la classe de syntaxe, qui était pour moi la classe de l'année suivante). - 

Origine :
I. A. 1.‑2./I. B./II./III. Transfert linguistique : emprunt au latin syntaxis subst. fém. « arrangement des mots » (attesté en tant qu'hellénisme depuis Priscien, Gaffiot ; OLD ; Forcellini) (ci‑dessus II. A.). Dès le départ s'est opérée une extension de sens vers l'étude du phénomène ainsi désigné (I. A. 1./2.). Au 19e et au 20e siècle, syntaxe prend plusieurs sens secondaires qui l'éloignent du domaine linguistique ; par analogie, il est employé dans la langue générale (II. B.), dans la terminologie de la logique (I. B. 2.), de l'informatique (I. B. 1.) et de la sémiotique (II. C.). En outre, le lexème s'est fixé, sous la forme du syntagme classe de syntaxe, dans la terminologie de la scolarité (III.). Cf. Colón in FEW 12, 499b, syntaxis a. — Cf. aussi anglais syntaxis subst. « (domaine de la grammaire qui a pour objet l'étude des) règles qui gouvernent les relations entre les constituants des énoncés » (1540—1749, < latin, OED2), syntax (attesté depuis 1613, < français, OED2) et allemand Syntaxis subst. masc. « domaine de la grammaire qui a pour objet l'étude des règles qui gouvernent les relations entre les constituants des énoncés » (1ère moitié 16e s., < latin, Pfeifer), Syntax (attesté depuis 2e moitié 16e s. ; fém., peut‑être sous l'influence du français, à partir du 18e s. ; Pfeifer).
I. A. 3. Transfert linguistique : calque du latin médiéval syntaxis subst. fém. « livre de grammaire » (attesté de la fin du 12e siècle jusqu'en 1537, LLT‑A [Evrard d'Ypres] ; Latham, Word‑list).


Rédaction TLF 1992 : Ginette Dufour. - Mise à jour 2009 : Laure Budzinski.. - Relecture mise à jour 2009 : Gilles Petrequin ; Franz Rainer ; Gilles Roques ; Éva Buchi ; Nadine Steinfeld.