Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
SÉCURITÉ, subst. fém.
A. −
1. État d'esprit confiant et tranquille qui résulte du sentiment, bien ou mal fondé, que l'on est à l'abri de tout danger. Synon. calme, confiance, quiétude, sérénité, tranquillité.Impression de sécurité; éprouver, goûter une parfaite sécurité; le besoin de sécurité est fondamental chez l'homme. Je sais attendre avec sécurité l'avenir, quelque alarmant qu'il puisse être (Senancour,Obermann, t. 1, 1840, p. 51).Rappelons-nous aussi la sécurité absolue que donne à l'enfant sa main dans la main de l'homme (Bremond,Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 318).
Loc. En (toute) sécurité. En (toute) confiance. Dormir en toute sécurité. Si je fais pipi tout de suite, je ferai peu, et mes draps auront le temps de sécher à la chaleur de mon corps. Je suis sûr, par expérience, que maman n'y verra goutte. Poil de Carotte se soulage, referme ses yeux en toute sécurité et commence un bon somme (Renard,Poil Carotte,1894, p. 22).Ma tête serait mise à prix, que je me sentirais plus en sécurité dans le maquis, comme une bête traquée, que réfugié chez une femme qui m'aime d'amour (Montherl.,J. filles,1936, p. 943).
2. [Avec un compl. prép. introd. par de et désignant une chose concr. ou abstr.] Caractère qui procure un état d'esprit confiant et tranquille. Retrouver la sécurité d'un abri, d'un refuge. La bonne dame, en vraie Normande, chérissait, par-dessus tout, le bien, moins pour la sécurité du capital que pour le bonheur de fouler le sol vous appartenant (Flaub.,Bouvard, t. 2, 1880, p. 123).Les yeux d'Anne se fixèrent sur les siens (...) avec quelque chose imitant la sécurité d'une ancienne amitié (Malègue,Augustin, t. 2, 1933, p. 134).
3. Assurance, sûreté. Le commandant admira (...) l'élégante sécurité des mouvements de Butifer, pendant qu'il descendait le long des aspérités de la roche (Balzac,Méd. camp.,1833, p. 135).Jacques (...) demanda: − « Tu as eu facilement ta permission? » − « Très facilement. Pourquoi? » Comme Jacques se taisait, il ajouta avec sécurité: « Ils m'ont donné quatre jours, avec prolongation possible (...) » (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p. 209).
B. −
1. Situation objective, reposant sur des conditions matérielles, économiques, politiques, qui entraîne l'absence de dangers pour les personnes ou de menaces pour les biens et qui détermine la confiance. Assurer la sécurité d'un homme d'État, des individus et des biens, des personnes; veiller sur la sécurité des Parisiens; compromettre, garantir la sécurité d'un état. Le bourg vivait ramassé sur lui-même et ne bénéficiait de la sécurité créée par l'existence de remparts qu'en renonçant aux avantages de l'espace et de l'aisance (Faral,Vie temps st Louis,1942, p. 154):
1. − (...) Car si vous ne me racontez pas ce que vous ne savez pas, Bernier, je ne réponds plus de rien!... − Et de quoi donc, monsieur, ne répondez-vous plus? − Mais, de votre sécurité, Bernier!... − De ma sécurité, à moi?... Je n'ai rien fait! − De notre sécurité à tous, de notre vie! répliqua Rouletabille... G. Leroux, Parfum,1908, p. 98.
[Sans détermination] Époque de paix et de sécurité; sécurité menacée par le terrorisme; assurer le calme et la sécurité dans un pays; rétablir la sécurité par la force; décréter le couvre-feu pour des raisons de sécurité. Phocion (...) conseillait à ses compatriotes d'accepter l'autorité de Philippe, et leur promettait à ce prix la concorde et la sécurité (Fustel de Coul.,Cité antique,1864, p. 486).Les XIIeet XIIIesiècles, qui virent renaître l'ordre et la sécurité en Europe, furent aussi les époques du triomphe de la pierre (Vidal de La Bl.,Princ. géogr. hum.,1921, p. 164).
Locutions
En sécurité. Objectivement à l'abri du danger. Synon. en sûreté.Mettre ses bijoux en sécurité; être en sécurité. Un écolier qui a volé un beau fruit, et qui, le sachant bien en sécurité au fond de sa poche, se contente de le tâter du doigt de temps à autre, en se réservant de choisir son heure pour le savourer à son aise (Theuriet,Mais. deux barbeaux,1879, p. 103).Nous pourrions nous croire en sécurité. Et cependant! maladie, accident, combien de menaces cheminent! (Saint-Exup.,Terre hommes,1939, p. 191).
Par sécurité. Pour prévenir un danger, un risque éventuels. Jeudi, radio. Et consultation du patron, par sécurité. Nous lui ferons son plâtre samedi (Martin du G.,Thib., Consult., 1928, p. 1080).J'habite par sécurité, en sous-location, une chambre meublée à trois cents francs par mois (Vailland,Drôle de jeu,1945, p. 56).
2.
a) [Suivi d'un adj. désignant un domaine] Absence de menaces, de difficultés pour une personne ou un groupe social dans un domaine particulier. Sécurité économique, financière, matérielle, monétaire; sécurité intellectuelle, mentale. Pendant la digestion, ils font des cancans sur le voisin, sans cela pas de sécurité commerciale à Paris. Là se lancent les affaires (Balzac,Mais. Nucingen,1838,p. 646).Son goût de la sécurité morale et du confort spirituel me gêne. Il a l'effroi du mal et en même temps comme une ombre de désir de ces péchés qu'il ne connaît que par l'imagination (Green,Journal,1941, p. 127).
b) [Avec un compl. prép. introd. par de et désignant une activité, une action, un processus] Caractère de ce qui est dépourvu de risques, exempt de danger, de ce qui s'effectue sans problèmes. Sécurité d'approvisionnement; sécurité du commerce, des placements bancaires, des transactions; sécurité d'un acte médical; sécurité d'emploi d'un matériau; sécurité d'exécution d'un programme informatique. L'écueil redouté fuyait, et tout s'embellissait après lui de la sécurité d'une heureuse navigation (Nodier,Trilby,1822, p. 162).Eisenhower (...) était hanté par la crainte de voir cette agitation tourner au désordre et compromettre la sécurité de ses communications (De Gaulle,Mém. guerre,1956, p. 64).
Sécurité d'emploi/de l'emploi. Garantie dont bénéficient les personnes qui exercent certains métiers ou professions d'être maintenus dans l'exercice de ceux-ci. Garantir la sécurité de l'emploi; sécurité de l'emploi pour les fonctionnaires. La sécurité d'emploi d'un simple manœuvre reste encore très éloignée de celle d'un notaire ou d'un magistrat (Traité sociol.,1967, p. 500).
3. Spécialement
a) ADMIN. PUBL. ET MILIT.
Compagnie républicaine de sécurité et p. abrév., C.R.S. V. compagnie II B 3 c.
Quartier de haute sécurité/de haute surveillance. V. quartier1C 3 b.
Sécurité civile. Synon. de protection civile (v. protection A 1 b).Le ministère de l'Intérieur lance une grande campagne « Sécurité-Vacances », avec le concours de la Direction de la Sécurité Civile, le Comité Interministériel de la Sécurité Routière et la Prévention Routière (Elle,12 juill. 1976, p. 4, col. 2).
Sécurité militaire et, p. abrév. fam., sécu militaire. Service des forces armées qui a pour mission d'assurer la protection de l'institution militaire contre les menées subversives. Le dossier B, destiné au chef de corps ou de service, comprend: (...) les résultats d'une enquête de sécurité militaire (Lubrano-Lavadera,Législ. et admin. milit.,1954, p. 143).Personne ne se souviendra plus qu'un flic de la sécu militaire s'est fait descendre dans le couloir de cet immeuble (A. Demouzon, Adieu, La Jolla,1978, p. 101).
Officier de sécurité. Officier chargé de la sécurité militaire. (Dict. xxes.). Sur un navire de commerce, officier chargé de la prévention et de la lutte contre le feu (d'apr. Gruss 1952).
b) DR. ADMIN. Sécurité publique
,,Élément de l'ordre public matériel, caractérisé par l'absence de périls pour la vie, la liberté ou le droit de propriété des individus`` (Cap. 1936). Nuire à la sécurité publique; le gouvernement prend des mesures de sécurité publique. Un gendarme est (...) quelque chose d'essentiellement bouffon, que je ne puis considérer sans rire; effet grotesque et inexplicable, que cette base de la sécurité publique a l'avantage de m'occasionner (Flaub.,Champs et grèves,1848, p. 258).À demi fou et compromettant pour la sécurité publique, les Belges l'ont soigneusement ramassé et placé dans une prison en briques [Verlaine] (Claudel,Feuilles Saints,1925, p. 592).
Secteur de la police chargé d'assurer la sécurité publique par l'intermédiaire de corps spécialement créés à cet effet (Polices urbaines et C.R.S.). La « sécurité publique » constitue la police d'État dans toutes les communes importantes, assure les tâches de surveillance, de circulation (pour lesquelles elle est placée à la disposition des maires) et par ses commissariats garantit le bon ordre local ou sert de relais à l'autorité judiciaire (Belorgey,Gouvern. et admin. Fr.,1967, p. 300).
c) DR. INTERNAT.
Sécurité internationale/collective. Système politique international dans lequel plusieurs états se garantissent mutuellement protection contre toute atteinte extérieure menaçant leur intégrité territoriale ou leur organisation constitutionnelle, et s'engagent à ne recourir qu'à des solutions pacifiques pour régler d'éventuels différends entre eux. Je ne sais si, à l'heure actuelle, les réflexions des hommes d'État et des gouvernements sont déjà assez précisées pour que l'on puisse apprécier comment devrait être organisée cette sécurité internationale (De Gaulle,Mém. guerre,1956, p. 630).Le système de la sécurité collective a été à la base de la diplomatie des États d'Europe de 1920 à 1930 (France, Grande-Bretagne, Itali ) (Debb.-DaudetPol.1981).
Pacte de sécurité. Pacte conclu entre plusieurs états, reposant sur des garanties mutuelles. « Je suppose », avait-il [Churchill] télégraphié en substance au maréchal Staline, « qu'à l'occasion de la visite du général de Gaulle, vous pensez à faire avec lui un pacte de sécurité analogue à celui que votre gouvernement et le mien ont conclu en 1942 (...) » (De Gaulle,Mém. guerre,1959, p. 68).
Conseil de Sécurité (des Nations Unies). V. conseil II B 1 e.
d) LÉGISL. SOC. Sécurité sociale. Ensemble des mesures législatives et administratives qui ont pour objet de garantir les travailleurs et leurs familles contre certains risques, de couvrir les charges de maternité et les charges de famille qu'ils supportent; souvent avec une majuscule, ensemble des organismes administratifs chargés d'appliquer ces mesures. Financement, gestion, réforme de la Sécurité sociale; prestations de la Sécurité sociale; carte d'immatriculation, cotisation à la Sécurité sociale. Ce bon ange (...) prenait à charge, résolument, les mille inventions de la machine à tuer le temps, depuis les imprimés obscurs de la Sécurité sociale jusqu'aux dispositions sans cesse renouvelées de la fiscalité (Camus,Exil et Roy.,1957, p. 1630).En France le déficit de la Sécurité sociale est le bouc émissaire des partis de droite (Perroux,Écon. XXes.,1964, p. 533).
P. abrév., fam. Sécu, subst. fém. Je ne suis qu'un privé miteux, à trois cents francs par jour, frais compris. Et, là-dessus, on m'enlève la sécu et l'assurance chômage (A. Demouzon, Adieu, La Jolla,1978p. 16).
4. P. méton.
a) Souvent avec une valeur péj. Situation sûre, tranquille, sur le plan matériel ou moral. Une sécurité de fonctionnaire. Les rivalités des princes et des peuples s'évanouissant (...), une sécurité générale s'établirait, à la faveur de laquelle se développerait l'activité intellectuelle et morale des esprits (Ozanam,Philos. Dante,1838, p. 177).Tu t'es roulé en boule dans ta sécurité bourgeoise, tes routines, les rites étouffants de ta vie provinciale (Saint-Exup.,Terre hommes,1939, p. 148).
b) Au plur. Ce qui assure la sécurité (supra B 1). L'île offrait toutes les sécurités possibles (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 275).Cette influence (...) a contraint les grands adversaires eux-mêmes à prendre des sécurités (comme le téléphone rouge) contre les malentendus possibles! (Beaufre,Dissuasion et strat.,1964, p. 103).
C. −
1.
a) Absence ou faible proportion de risques d'accidents; ensemble des mesures visant à réduire ou à minimiser ces risques. Prendre des mesures de sécurité pour éviter les accidents en usine; assurer la sécurité des passagers, des usagers, des voyageurs; améliorer la sécurité aérienne, routière, la sécurité des atterrissages; faire des études de sécurité; remédier à l'insuffisance de sécurité sur les routes. Peu incités à investir dans la sécurité, les hôteliers préfèrent faire des dépenses de prestige, visibles, qui accrochent le client (Le Point,25 oct. 1976, p. 98, col. 3):
2. ... il est difficile d'estimer aujourd'hui les dépenses qui seront nécessaires pour donner aux populations le degré de sécurité exigible, aussi bien du point de vue technique que de celui de la localisation géographique, pour les réacteurs (...) et le stockage des déchets radioactifs. Goldschmidt,Avent. atom.,1962, p. 265.
En partic. Sécurité routière. Ensemble des mesures visant à assurer la protection des usagers de la route contre les risques d'accident; ensemble des organismes et des services chargés de les promouvoir et de les appliquer. Les problèmes de la sécurité routière: signalisation et éclairage des routes (J. Thomas, Route,1951, p. 320).
Sécurité active. Politique qui a pour objet de réduire la probabilité des accidents de la route; ensemble des moyens qui permettent d'y parvenir. Des performances pour dépasser vite, pour s'insérer dans le trafic ou pour s'en dégager, par exemple sur les bretelles d'autoroute. Réserve de puissance, réserve de tenue de route: c'est la sécurité active (Le Point, 1ermai 1978, p. 62, col. 1).
Sécurité passive. Politique qui a pour objet d'éliminer ou d'amoindrir les conséquences d'un accident de la route; ensemble des moyens qui permettent d'y parvenir. La sécurité passive, c'est celle qui reste quand ni le conducteur ni la voiture ne peuvent plus rien contre le hasard (...). Ce qui compte alors, c'est l'existence de zones déformables à l'avant et à l'arrière, pour absorber l'énergie; un réservoir éloigné des zones de choc; un habitacle de sécurité (Le Point, 1ermai 1978p. 62, col. 2).
b) Aptitude d'un équipement, d'une installation, d'un appareil, d'une machine, d'un véhicule, etc. à ne pas présenter de risques d'accidents. Sécurité de fonctionnement d'un appareil; installation électrique qui présente une sécurité totale; sécurité d'un navire, d'une usine, d'une voiture, d'un wagon; coefficient de sécurité. La sécurité des machines effraie; on y voit une pensée (Alain,Propos,1928, p. 799).Des règlements internationaux concernant les mesures de santé, la protection contre les radiations et la sécurité des réacteurs (Goldschmidt,Avent. atom.,1962, p 172).
2. Loc. adj. De sécurité
a) Dispositif, système, etc. de sécurité. Dispositif destiné à empêcher les accidents ou à en limiter les conséquences, et à améliorer la sécurité des personnes. Soupape de sécurité. Grâce aux dispositifs de sécurité et à la stricte surveillance du personnel exposé, on peut dire que l'énergie atomique est sans doute la branche de l'industrie où il y a actuellement le moins d'accidents du travail (Goldschmidt,Avent. atom.,1962, p. 226).Bâtons à poignée de sécurité. En P-V-C [polyvinyle chlorure] elle épouse la forme de la main. Si le bâton reste coincé dans une anfractuosité, le skieur peut facilement dégager sa main, éviter ainsi fracture du pouce ou de l'avant-bras (L'Express,2 déc. 1978, p. 233, col. 1).
P. ell. Dispositif, système de sécurité. Sécurité « passive »: habitacle de sécurité protégé par des zones d'absorption de chocs (...), ceintures à enrouleurs, sécurité enfants sur portes arrière (Le Point,5 déc. 1977, p. 32, col. 2).Nous savons qu'un attaché-case est un outil de travail. Alors, tous nos attachés sont pratiques et solides. (...) Sécurité anti-ouverture à l'envers (Le Point,5 déc. 1977p. 154).
Spéciale}ent<'i~
ARMUR. Cran, goupille, manette de sécurité et, p. ell., sécurité. Dispositif particulier ou agencement d'une arme à feu destiné à empêcher tout départ intempestif du coup. Placer une arme à la sécurité; mettre, ôter la sécurité. Je compte cent trois objets à vérifier, tirer, tourner ou pousser. (J'ai à peine triché en comptant pour deux la commande de mes mitrailleuses: elle porte une goupille de sécurité) (Saint-Exup.,Pilote guerre,1942, p. 282).
AUTOMOB. Ceinture de sécurité. V. ceinture I A 2.
PONTS ET CH. Glissière/rail de sécurité. V. glissière B.
SÉCUR. INDUSTR. Chaussure de sécurité. Chaussure à tige montante ou basse, munie de renforts divers, destinée à protéger le pied contre les risques d'accidents par écrasement, choc, perforation, etc. Il existe pour certains travaux des chaussures de sécurité (Brunerie,Industr. alim.,1949, p. 236).
VERRERIE. Glace/verre de sécurité. Verre feuilleté ou trempé dont le bris ne peut provoquer de coupures graves. Dans le marché des transports (...) l'amélioration de la qualité des glaces de sécurité ont contribué au développement des débouchés (Le Monde,24 mars 1981, p. 24, col. 1).
b) [En parlant d'une chose concr. ou abstr.] Qui permet le fonctionnement normal d'une activité, le déroulement normal d'un processus; qui assure la protection de personnes ou de choses. Mesures, normes de sécurité; service de sécurité d'une entreprise; patrouille de sécurité; marge de sécurité; stock de sécurité; volant de sécurité. Le responsable désigné lui disait avoir recruté dix, vingt, cinquante partisans, il ne les voyait jamais, c'eût été contraire aux règles de sécurité (Vailland,Drôle de jeu,1945, p. 179).Les maisons des malades devaient être fermées et désinfectées, les proches soumis à une quarantaine de sécurité, les enterrements organisés par la ville dans les conditions qu'on verra (Camus,Peste,1947, p. 1266).
Prononc. et Orth.: [sekyʀite]. Ac. 1694, 1718: securité; dep. 1740: sé-. Étymol. et Hist. A. 1. 1remoit. xiiies. « confiance de celui qui croit n'avoir aucun sujet de crainte » ([Berengier, XV Signes ds] Herman, Bible, B. N. 1444, f o63 r ods Gdf. Compl.); ca 1590 en toute sécurité (Montaigne, Essais, III, 13, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 1108); 2. 1491 « état de tranquillité qui résulte de l'absence de danger » (Cartulaire de l'Église St Pierre de Lille, 1078, Hautcœur ds Delb. Notes mss: pour la sécurité, tuition et deffence de nostre dicte ville); 1870, 18 juin sécurité publique (texte de loi); 3. 1945, 4 oct. la sécurité sociale (texte d'ordonnance). B. Loc. adj. 1889 coefficient de sécurité (Ledieu, Cadiat, Nouv. matér. nav., t. 1, p. 80); 1925 charge de sécurité (Galopin, Lang. mar., p. 26). Empr. au lat.securitas (dér. de securus « exempt de soucis ») « absence de soucis; sécurité, sentiment d'absence, de danger; tranquillité d'esprit ». Fréq. abs. littér.: 1 856. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 187, b) 1 627; xxes.: a) 2 014, b) 3 943. Bbg. Dossiers de mots... Néol. Marche. 1979, n o10, pp. 36-37; n o11, p. 58 (s.v. sécurité de système). − Gall. 1955, p. 40, 453. − Schalk (F.). Über Sécurité. Rom. Forsch. 1940, t. 54, pp. 445-449; Nochmals über sécurité. Rom. Forsch. 1941, t. 55, pp. 128-132. − Winkler (E.). Sécurité. Z. fr. Spr. Lit. 1942, t. 64, pp. 228-240. − Wagner (R.L.). Fr. mod. 1942, t. 10, p. 158.