Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
HÉRISSON, subst. masc.
A. −
1. Petit animal au museau pointu, qui se nourrit de fruits et d'insectes et dont le dos est couvert de longs piquants qui se dressent quand il se met en boule pour se protéger d'un danger. Le hérisson se met tout en un peloton, tout en une boule, quand on l'approche (Ac.). Des hérissons s'arrondissant comme des boules et dardant leurs piquants (Cladel, Ompdrailles,1879, p. 139) :
De ces hérissons écrasés, vous en voyez des dizaines qui ont l'air d'avoir eu une mort de hérissons. Leur museau aplati par le pied du cheval, leurs piquants éclatés sous la roue, ce sont des hérissons crevés et c'est tout. Ils sont crevés, en raison de la faute originelle des hérissons, qui est de traverser les chemins départementaux ou vicinaux... Giraudoux, Électre,1937, I, 3, p. 47.
2. Emploi qualificatif
a) [En fonction de déterm. en parlant de qqc. dont l'aspect extérieur rappelle le hérisson, en partic. son dos couvert de piquants]
Hérisson de + subst.Des noix abattues, des châtaignes molles et incurvées, hors du hérisson vert des coques, couvraient les bords du chemin (Noailles, Nouv. espér.,1903, p. 199).
Subst. + de hérisson.Gallot, qui, malgré le bruit de la conversation, continuait à classer des paperasses, leva brusquement son profil de hérisson derrière le rempart de ses dossiers (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 578).
Subst. + en hérisson.Je me vois encore, assis sur mon lit, à poil et les cheveux en hérisson, par une chaleur du diable (Malraux, Conquér.,1928, p. 21).Papa se levait, un peu pâle, sa moustache en hérisson (Duhamel, Notaire Havre,1933, p. 214).Je le reconnus à sa barbe, une vraie barbe, pas (...) de ces barbes en hérisson noir, mais une large et soyeuse barbe en éventail (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 192).
b) Loc. à valeur adv. En hérisson. Roulé en boule à la manière d'un hérisson. Elle ne souffrait plus de ces terreurs nocturnes qui jadis dévastaient son sommeil de petite fille, mais (...) ne dormait qu'en hérisson, recroquevillée, ramassée sur elle-même (H. Bazin, Tête contre murs,1949, p. 21).
c) Au fig. Personne très susceptible, d'un abord peu facile. C'est un vrai hérisson (Ac. 1935). J'ai renoncé au mariage (...). J'en ai déjà manqué dix-sept (...) par la faute de mes beaux-pères (...) je suis toujours tombé sur des hérissons, des gens crochus, biscornus (Labiche, M. qui prend la mouche,1852, 6, p. 161).Comment veux-tu que cette petite ait de l'épanchement pour un hérisson comme toi? Elle ne sait où te dorloter, tu es toujours en boule (Augier, Gendre M. Poirier,1854, II, p. 231).
B. − Spéc. [P. anal. avec la disposition des piquants de l'animal]
1. Appareil formé d'un cercle de lames métalliques suspendues à une corde lestée, qui sert à ramoner les cheminées. Le hérisson descend [dans la cheminée] soit tiré par une corde au bas de la cheminée par l'aide fumiste, soit entraîné par le poids d'un boulet de fonte (Robinot, Vérif., métré et `rat.(t2av. bât., t. 5, 1928, p. 94).
2. Appareil formé de tiges fixées sur un support, destiné à faire s'égoutter les bouteilles vides. Synon. égouttoir. Égouttoir circulaire dit « Hérisson », en fer galvanisé, monture feuillard extra-fort, dents solidement rivées (Catal. Manufrance, 1976, p. 598).
Emploi en appos. Les égouttoirs-hérisson [sont] constitués par un pilier vertical ou conique, portant des chevilles sur lesquelles on enfile les goulots des bouteilles (Brunet, Matér. vinic.,1925, p. 470).
3. Châtaigne munie de sa coque ou coque de châtaigne. On devance le moment de leur chute naturelle [des châtaignes], et l'on abat les hérissons à coups de gaule (Du Breuil, Cult. arbres,1876, p. 651).
4. AGRICULTURE
a) Rouleau formé de disques hérissés de pointes de fer qu'on emploie pour briser les mottes d'un champ labouré depuis peu. Passer le hérisson. Hérisson (arbre muni de dents, de couteaux ou de lames) (Le Machinisme en 700 motsds La Docum. agric., 1975, no616, p. 44).
b) Dispositif d'une machine agricole consistant en un cylindre rotatif hérissé de piques. L'organe d'épandage [d'un distributeur d'engrais] est constitué par un arbre horizontal garni de broches disposées suivant une ou plusieurs hélices (...) [, qui] constitue le hérisson (Passelègue, Mach. agric.,1930, p. 109).La toile sans fin [du mélangeur] amène les aliments à un hérisson qui les projette sur le sol où ils se mélangent en tombant (Ballu, Mach. agric.,1933, p. 551).
5. ART MILIT. Dispositif de défense fortifié d'un front discontinu d'où l'on peut porter ses attaques de tous côtés. Ou bien les Français attaquent en force avec un matériel important, et ils se trouvent rapidement obligés de former un hérisson pratiquement aveugle pour assurer leur protection. Ou bien ils attaquent avec des unités de faible importance (Combat,12 juin 1953, p. 5, col. 6).
MAR. MILIT. Appareil lançant des grenades anti-sous-marines. À partir de 1942 on eut ainsi les hedgehogs (hérissons) et les mouse-traps (tapettes pour souris) lançant respectivement des gerbes de 24 et 8 projectiles détonant au choc (Le Masson, Mar.,1951, p. 47).
6. COIFFURE. Coiffure féminine, à la mode sous Louis XVI, dans laquelle les cheveux étaient maintenus dressés sur la tête par un cosmétique. Coiffure en hérisson. Les femmes tâchent d'offrir à nos yeux blasés une nouvelle coiffure qui les réveille. Le hérisson leur donnait un air boudeur (...) vite la coiffure à l'enfant (Nerval, Chât. Bohème, Annexes, 1855, p. 241).Miss Élisabeth Forster [de Reynolds], avec sa coiffure en hérisson, nuagée de poudre (...) est encore un très piquant portrait (Gautier, Guide Louvre,1872, p. 311).
7. MAÇONN. (Briques, moellons) en hérisson. (Briques, moellons) posés sur chant à la partie supérieure d'un mur. Couronner le mur [en aile] au moyen de moëllons en hérisson ou de pierres de petit échantillon à faces plates (Bricka, Cours ch. de fer, t. 1, 1894, p. 143).
8. MÉCAN. Roue dont les dents sont situées dans le plan de la circonférence extérieure. La roue en bois d'automobiles est toujours (...) faite au moyen d'un hérisson, c'est-à-dire de rais ou rayons assemblés par des coins (Périsse, Automob.,1907, p. 384).
9. SERR. Assemblage de pointes de fer placé sur les grilles, les clôtures pour en empêcher le franchissement. Les ouvertures des canaux qui y portaient [au fossé] les immondices étaient soigneusement munies de grilles et de hérissons (Mérimée, Ét. arts Moy.-Âge,1870, p. 230).De la porte d'Amboise, renforcée de hérissons de fer, à la herse du bastion Saint-Georges [à Rhodes] , c'était le poste de la Langue d'Allemagne (Morand, Route Indes,1936, p. 329).
10. TRAV. PUBL. Couche de fondation constituée de blocs de matériaux durs placés sur chant et calés entre eux par des éclats de pierre. Pierre à hérisson. (Dict. xixeet xxes.).
11. ZOOL., vx. Hérisson de mer. Oursin. (Dict. xixeet xxes.).
REM.
Hérissonne, subst. fém.a) Femelle du hérisson. Ils traversent les routes la nuit, par dizaines, hérissons et hérissonnes qu'ils sont, et ils se font écraser (Giraudoux, Électre,1937, I, 3, p. 41).b) ,,Plante à piquants de la famille des genêts`` (Mots rares 1965). c) ,,Nom vulgaire des chenilles de divers papillons nocturnes (notamment des Écailles), à cause des longs poils dressés dont elles sont couvertes`` (Séguy 1967).
Prononc. et Orth. : [eʀisɔ ̃] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Début xiies. heriçuns zool. « petit mammifère » (Psautier de Cambridge, CIII, 18, éd. F. Michel, p. 189); 1937 hérissonne (Giraudoux, loc. cit.); b) 1651 fig. « personne de caractère difficile » (Cyrano de Bergerac, Lettres amoureuses, p. 159 ds IGLF); 1697 adj. « revêche » (Regnard, Distrait, p. 184, ibid.); 2. a) ca 1155 heriçon « poutre garnie de pointes de fer » (Wace, Brut, 342 ds T.-L.); b) 1370 hireçon maçonn. « disposition de briques, de moellons sur un mur » (Tutelle de J. Coppet, Archives de Tournai ds Gdf. Compl.); c) 1676 herisson « roue dentelée » (Félibien, p. 618); d) 1678 erisson mar. « grappin à quatre becs » (Guillet, 3epart., s.v. risson); e) 1680 hérisson « égouttoir à vaisselle » (Rich.); f) 1780 « coiffure de femme » (Mme de Genlis, La Colombe, sc. 3 ds Théâtre à l'usage des jeunes personnes, t. 2, p. 65); g) 1840 « ensemble de pointes de fer garnissant le sommet d'un mur, d'une grille » (Ac. Compl. 1842); h) 1840 « rouleau garni de pointes pour écraser les mottes de terre » (ibid.); i) 1866 « outil de ramoneur » (Littré); j) 1940 art milit. (M. Weygand, Ordre général d'opérations, 26 mai ds Mémoires, t. 3, Rappelé au service, 1950, p. 141 : [l'unité doit] se mettre en hérisson et constituer un môle de résistance); 3. a) fin xives. zool. herison de mer « oursin » (Le Livre des secrez de nature in L. Delatte, Textes lat. et vieux fr. ... p. 323 cité par R. Arveiller ds Ét. de Philol. Rom. et d'Hist. Littér. offertes à J. Horrent, p. 8); b) 1866 bot. « enveloppe épineuse de la châtaigne » (Littré). Dér., avec le suff. -on1*, d'un a. fr. *eriz (confirmé par l'a. prov. aritz, l'ital. riccio, l'esp. erizo) issu du lat. class. erīcius « hérisson (zool.); machine de guerre composée d'une poutre hérissée de pointes de fer ». Un b. lat. *erīcione aurait donné *erçon en a. fr. (FEW t. 3, pp. 238-239, s.v. ericius; Z. rom. Philol. t. 37, pp. 469-470). H initial prob. d'orig. expressive. Au sens 2 d (« grappin à quatre becs »), déformation p. étymol. pop. d'apr. hérisson du m. fr. ruchon (1512 ds J. Fennis, La « Stolonomie » et son vocab. mar. marseillais, Amsterdam, 1978, p. 488), roisson (1521, ibid.), resson (1525, ibid.), risson (1539, ibid.) de même sens, mot d'orig. obsc. (cf. Cor., s.v. rezón et J. Fennis, op. cit., pp. 490-491). Fréq. abs. littér. : 178.