Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
  <'td> )
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
GABARDINE, subst. fém.
A. − Tissu croisé de laine ou de coton dont l'endroit présente une côte légèrement en relief. La chemise blanche largement ouverte sur un complet de gabardine beige, il avait l'air à l'aise dans son corps (Camus, Exil et roy.,1957, p. 1601).
B. − P. méton. Manteau imperméable coupé dans ce tissu. Il y a des agents, des gardes mobiles et ces sordides policiers en civil avec leurs gabardines, leurs parapluies, les breloques sur leur ventre (Nizan, Chiens garde,1932, p. 183).
Prononc. : [gabaʀdin]. Étymol. et Hist. [Fin xixes. d'apr. Bl.-W.1-5] 1. 1925 « espèce de serge » (Sain. Sources t. 1, p. 199, note 3); 2. 1932 « imperméable fait de ce tissu » (Nizan, loc. cit.). Prob. empr. à l'angl. gabardine, attesté au sens « sorte de serge imperméabilisée » dep. 1904 (Ladies' Field, 14 mai, 426 ds NED Suppl.), d'abord gawbardyne, gaberdine « ample manteau de tissu épais » (dep. 1520 ds NED), empr. au m. fr. gaverdine (1482 ds Gdf.), gavardine (1491 ds Gay, s.v. galvardine) « sorte de caban à larges manches », lui-même empr. à l'esp. gabardina, anc. gavardina « id. » (dep. 1423 d'apr. Cor.), issu du croisement de gabán (caban*) avec tavardina, tabardina, dimin. de tabardo « sorte de manteau » (empr. à l'a. fr. tabart, d'orig. inc., v. FEW t. 21, pp. 519b-520a). Fréq. abs. littér. : 10.