Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
adj. et subst.
I.− Adj. Qui a trait à la fabulation, à la faculté d'imagination, d'invention de l'esprit. La pression de l'instinct a fait surgir en effet, au sein même de l'intelligence, cette forme d'imagination qu'est la fonction fabulatrice (Bergson, Deux sources,1932, p. 172).Ne voulant rien céder à la crédulité, à l'imagination fabulatrice des fidèles (Arnoux, Double chance,1958, p. 134):
... à trop insister sur l'apport créateur de l'historien, on en viendrait à décrire l'élaboration de l'histoire comme un jeu gratuit, le libre exercice d'une imagination fabulatrice se jouant parmi un matériel hétéroclite de textes, dates, gestes et paroles avec la liberté du poète qui jongle avec ses rimes pour composer un sonnet... Marrou, Connaiss. hist.,1954, p. 55.
II.− Substantif
A.− Vx. Auteur de fables, de récits. Que Richardson est un admirable Fabulateur! et Fielding aussi! et encore l'auteur de Gil-Blas! J'aimerais mieux, dans la postérité, porter le nom de Le Sage Fabulateur, que celui de Boileau versificateur (S. Mercier, Néologie,t. 1, 1801, p. 253).
B.− Celui, celle qui présente comme réels des récits imaginaires. Synon. mythomane.La fertilité de l'invention et l'aplomb du fabulateur croissent avec l'intérêt qu'il obtient (Mounier, Traité caract.,1946, p. 381).
Prononc. [fɑbylatœ:ʀ] ou [fa-], fém. [-tʀis]. Cf. fable. Étymol. et Hist. 1. 1541 « conteur, auteur de récits » (Suétone Tranquile, Des faitz et gestes des douze Caesars, trad. par. Guill. Michel dit de Tours, II, 83 vods Hug.); 2. a) 1932 adj. fonction fabulatrice (Bergson, Deux sources, p. 124); b) 1946 subst. (Mounier, loc. cit.). Empr. au lat. class. fabulator « auteur de récits, conteur, fabuliste »; le terme mod. est sans doute refait sur fabulation* par substitution de -(at)eur2à -ation. Fréq. abs. littér. : 32.