Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
ANTISÉMITISME, subst. masc.
Hostilité manifestée à la race juive et érigée parfois en doctrine ou en mouvement réclamant contre les juifs des mesures d'exception :
1. L'antisémitisme fait partout des progrès effrayants. En Russie, mes coreligionnaires sont chassés comme des bêtes sauvages. En France, les emplois civils et militaires se ferment aux juifs. Ils n'ont plus accès dans les cercles aristocratiques. Mon neveu, le jeune Isaac Coblentz, a dû renoncer à la carrière diplomatique, après avoir passé brillamment l'examen d'admission. A. France, Le Lys rouge,1894, p. 48.
2. Ils [ceux qui étudient la question juive] parviendront à déceler une situation rigoureusement objective déterminant un certain courant d'opinion également objectif qu'ils nomment antisémitisme... Sartre, Réflexions sur la question juive,1946, p. 9.
SYNT. Antisémitisme gouvernemental (Clemenceau, L'Iniquité, 1899, p. 221), − bourgeois et latent (Proust, Le Côté de Guermantes, 1, 1920, p. 252), explosion d'antisémitisme en France (J. de Lacretelle, Silbermann, 1922, p. 152), manifester un antisémitisme mordant (R. Rolland, Beethoven, 1928, p. 592).
Rem. 1reattest. (supra ex. 1); dér. de antisémite*, suff. -isme*.
PRONONC. : [ɑ ̃tisemitism]. Enq. : /ɑ ̃tisemitism/.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 73.
BBG. − Aquist. 1966. − Marcel 1938.