Description

Le mot du jour sélectionne dans le Trésor de la Langue Française informatisé un nouveau mot à découvrir chaque jour. Que ce soit des mots anciens ou peu connus, le Trésor de la Langue Française recèle de trésors cachés que nous vous proposons d'explorer.

CAUTELEUX, EUSE, adj.
A.− [En parlant de pers., ou de l'attitude d'une pers.] Qui manifeste une prudence mêlée de ruse. Il inventait correctement les paroles d'une hypocrisie cauteleuse et prudente (Stendhal, Le Rouge et le Noir,1830, p. 45).Un cauteleux regard (Ponson du Terrail, Rocambole, t. 3, Le Club des valets de cœur, 1859, p. 369):
1. Il n'est pas franc, c'est un monsieur cauteleux, toujours entre le zist et le zest. Il veut toujours ménager la chèvre et le chou. Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 265.
Emploi subst. Le cauteleux exclut l'énergique, mais il est plus sûr (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 42).
B.− P. ext. [En partic. en parlant d'œuvres d'art] Qui n'est pas franc, qui cache son jeu. Cet art [l'architecture] cauteleux et bâtard, qui craint l'intervention de la raison et de l'examen, comme les chauves-souris craignent le soleil (Viollet-Le-Duc, Entretiens sur l'archit.,t. 2, 1872, p. 116).
2. M. Bastien-Lepage, (...), ne ferait pas mal de regarder l'œuvre de M. Fantin-Latour. Il comprendrait peut-être, lui et les jeunes autres officiels modernistes, la différence qui existe entre des tableaux cauteleux et truqués et des œuvres droites et saines. Huysmans, L'art mod.,1883, p. 75.
Rem. On rencontre ds la docum. l'adv. cauteleusement. D'une manière cauteleuse. Il [le chat] vient, obliquement et cauteleusement, Tourner, la queue en l'air, autour de votre chaise, Et frôler vos mollets avec un ronron d'aise (A. Pommier, Colifichets, 1860, p. 92).
Prononc. et Orth. : [kotlø], fém. [-ø:z]. Durée mi-longue sur l'initiale ds Passy 1914; indication d'une durée également ds Fér. Crit. t. 1 1787, Land. 1834, Nod. 1844, Fél. 1851 et Littré. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Fin xiiies. cautileus (G. de Nangis, Vie de St Louis, XX, 401 ds Gdf.); xives. cauteleux (Froissart, Chron., IX, 285 ds Gdf. Compl.). Dér. de cautèle*; suff. -eux*. Fréq. abs. littér. : 62. Bbg. Lew. 1960, p. 247.