Description

Le mot du jour sélectionne dans le Trésor de la Langue Française informatisé un nouveau mot à découvrir chaque jour. Que ce soit des mots anciens ou peu connus, le Trésor de la Langue Française recèle de trésors cachés que nous vous proposons d'explorer.

ÉCLANCHE, subst. fém.
BOUCH. Épaule de mouton détachée du corps de l'animal. Éclanche tendre, jus d'éclanche, éclanche en daube. Je ne me sentais pas des dents d'acier pour déchirer l'éclanche : ce menu était fait exprès pour me désoler (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 376).D'énormes éclanches de mouton (Balzac, Physiol. mar.,1826, p. 124).
Prononc. et Orth. : [eklɑ ̃:ʃ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1190 (main) esclanche adj. fém. « gauche » (Renart, éd. M. Roques, 7754) − 1547, Cartulaire de Flines ds Gdf.; 2. xiiies. [var. ms.] esclence subst. « bras, épaule gauche » (Partonopeus de Blois, éd. J. Gildea, t. 1, p. 542), attest. isolée; 1548 esclange art culin. (Rabelais, Quart Livre, VII, éd. R. Marichal, p. 59), graphie isolée; 1552 esclanche (Id., ibid., LIX, p. 240). De l'a. b. frq. *slink « gauche », cf. a. h. all. slinc « id. » (Graff t. 6, col. 796), m. néerl. slinc « id. » (Verdam), slinke « main gauche » (ibid.). Fréq. abs. littér. : 3. Bbg. Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 16.