Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
NIQUER, verbe trans.
Arg. et pop.
A.− Posséder (quelqu'un) charnellement. Synon. pop. baiser (v. baiser1I B 2).Les nanas, en Bochie, ça a dû te manquer. C'est fini, la paluche. Tu vas pouvoir niquer (R. Forlani, Guerre et paix au café Sneffle,acte 4, p. 33 ds L'Avant-Scène, 15 juin 1969, no428).
B.− P. anal. Synon. pop. de baiser (v. baiser1I B 3).
1. Attraper quelqu'un (ou quelque chose). Synon. arg. choper.Deux nègres américains en train de boire une bouteille de champagne dans la rue ont été vus par un gendarme; tu parles qu'il les a niqués (Esn.Poilu1919, p. 370).Se faire niquer. L'Engageante vient de se faire niquer par un sous-marin (Esn.Poilu1919, p. 370).
2. Surprendre, prendre, duper. Se faire niquer. On t'a niqué, fils! Kahil t'avait prévenu, c'est moi qui t'ai niqué! Retiens mon nom : Jésus Azoul. En faisant ton rapport à ton maître au Caire, précise bien : « Je me suis fait niquer par un juif » (P. Bonnecarrère, La Guerre cruelle,Paris, Fayard, 1972, p. 188).
Loc. Niquer la gueule (à qqn). Tromper quelqu'un. Niquer le burnous. Surprendre. L'air de rien, mais le temps passe, nous presse, nous talonne, nous nique le burnous, nous décatit, nous marque la tronche (A. Boudard, Les Matadors,1966, p. 19 ds Cellard-Rey 1980).
Prononc. : [nike], (il) nique [nik]. Étymol. et Hist. 1. 1890 arg. milit. « posséder charnellement » (à Alger, d'apr. Esn.); 2. 1918 id. « attraper, punir » (d'apr. Esn. Poilu, p. 370). Mot sabir d'Afrique du Nord, tire de l'ar. nāk : i-nik, 3epers. de l'ind. prés. « il fait l'amour », Lanly, p. 101. Bbg. Barb. Misc. 29 1944-52, pp. 434-435. − Quem. DDL t. 21.