Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
ÉLONGATION, subst. fém.
A.− [Idée d'éloignement]
1. ASTRON. ,,Pour l'observateur terrestre, distance angulaire d'une planète au Soleil et, par convention, l'élongation maximale, c'est-à-dire la plus grande valeur que peut atteindre cette distance`` (Galiana Astronaut. 1963). L'élongation est de 30eenviron pour Mercure et de 46opour Vénus (Astron.1973).
,,Distance angulaire d'une planète à une autre planète`` (Lar. 19e-20e). Supposé la même hauteur de la lune, la même élongation de la terre, le même télescope (Baudel., Hist. extr.,1856, p. 199).
2. PHYS. ,,Distance entre la position extrême prise par un élément vibrant et sa position d'équilibre`` (Pir. 1964). Le cas d'un corpuscule se mouvant dans un plan ou dans l'espace en étant rappelé vers un centre fixe par une force proportionnelle à l'élongation (L. de Broglie, Théorie quanta,1959, p. 194).
B.− [Idée d'allongement] Fait de devenir plus long, de s'accroître en lngue}rn Celle-ci [l'extrémité postérieure de l'embryon] est en voie d'élongation continue (Perrier, Zool.,t. 4, 1928-32, p. 2928).S'il ne tire pas, (...) une langue dont l'élongation serait goulûment mesurée par le biologiste aux aguets (Schaeffer, Rech. mus. concr.,1952, p. 170).
Spéc., MÉD. et CHIR.
Élongation musculaire. Allongement accidentel d'un muscle, résultant d'une distension des ligaments.
Rem. ,,Correspond au classique claquage des sportifs`` (Méd. 1966). V. claquage.
Élongation des nerfs, (de la colonne) vertébrale. Opération thérapeutique employée dans le traitement de certaines douleurs et consistant en une traction exercée sur les nerfs, la colonne vertébrale.
P. métaph. Fait de se développer, de se prolonger. Il faut voir dans cet acte forcé [Le Concordat] une élongation nouvelle du christianisme (Proudhon, Révol. soc.,1852, p. 74).Cet art d'élongation [mélodie wagnérienne] d'étirement (Ghéon, Prom. Mozart,1932, p. 203).
Prononc. et Orth. : [elɔ ̃gasjɔ ̃]. Ds Ac. 1762. Étymol. et Hist. A. 1360 astron. « éloignement » (Oresme, Quadripartit, Richel. 1348, fo41 rods Gdf.). B. 1478 méd. le longation du liement (Grande Chirurgie de Guy de Chauliac, fo151 ds Sigurs, p. 395); 1538 elongation du ligament (Id., ibid.). A empr. au b. lat. elongatio « éloignement ». B dér. de élonger*; suff. -(a)tion*. Fréq. abs. littér. : 3.